Politique

L'avenir du canal Seine Nord Europe dans le flou

Par Marie-Gaëtane Comte, France Bleu Picardie mercredi 12 juillet 2017 à 18:05

Canal Seine Nord Ecluse de Marquion
Canal Seine Nord Ecluse de Marquion © Maxppp - Stéphane Mortagne

Le Premier ministre Édouard Philippe n'a pas apaisé les craintes des élus des Hauts-de-France au sujet du canal Seine Nord Europe. Interrogé lors des questions au gouvernement à l'Assemblée Nationale ce mercredi, Édouard Philippe est resté évasif dans sa réponse.

Interrogé à l'Assemblée par la députée du Nord Catherine Osson (REM) qui demandait de clarifier la situation sur la volonté du gouvernement de voir aboutir le canal seine nord, le Premier ministre a annoncé qu'il allait "échanger" à ce sujet "la semaine prochaine" avec le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, ainsi que d'autres élus du nord du pays.

Ce à quoi il a ajouté: "lors de prochaines Assises de la mobilité, la ministre des Transports Elisabeth Borne sera chargée de construire une trajectoire de financement crédible pour financer l'ensemble des infrastructures qui ont été promises, mais dont on ne sait pas comment elles sont financées".

Une réponse qui me laisse dubitatif

Stéphane Demilly, le député de la 5ème circonscription de la Somme indique qu'il va reposer une question dès la semaine prochaine et qu'il espère avoir cette fois-ci une réponse claire du premier ministre.

Stéphane Demilly le député de la 5ème circonscription reste dubitatif

Le budget du futur canal censé entrer en service en 2023 s'établit a 4.7 milliards d'€. Le précédent gouvernement s'était engagé à y participer à hauteur d'1 milliard d'€. Engagement qui semble désormais incertain. Ce qui agace le président de la région des Hauts de France, Xavier Bertrand. "J'ai besoin de savoir si l’État a une parole".

La semaine dernière, le ministre de l'écologie, Nicolas Hulot a annoncé une "pause" des grands projets d'infrastructure, ce qui a déclenché la colère des élus de la région qui mise beaucoup sur ce projet. Le chantier de cet ouvrage qui doit relier la seine à l'escaut en Belgique en passant par l'Oise et la Somme est évoqué depuis 30 ans. Le coup d’accélérateur a été donné en avril dernier, quand François Hollande était venu à Noyon, dans l'Oise, lancer la société qui pilotera le chantier. Les travaux doivent s'achever à l'horizon 2023. Pour 4 milliards et demi d'euros il permettra la circulation fluviale d'énormes péniches pouvant transporter plus de 4 000 tonnes de marchandises.