Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Élections territoriales en Corse

L’écho nationaliste à Paris

lundi 4 décembre 2017 à 19:06 Par Hélène Battini et Jean Pruneta, France Bleu RCFM

Depuis l’annonce des résultats du premier tour des élections territoriales ce dimanche et le score écrasant des nationalistes, 45.36% des suffrages exprimés pour la liste de Gilles Simeoni, certains leaders politiques nationaux se font l’écho de cette vague à Paris.

Jean-Luc Mélenchon félicite Gilles Simeoni et plus largement les nationalistes pour leur score sans appel.
Jean-Luc Mélenchon félicite Gilles Simeoni et plus largement les nationalistes pour leur score sans appel. © Maxppp - maxppp

Corse, France

Les félicitations de Jean-Luc Mélenchon

Le leader de la France Insoumise qui avait vivement critiqué l’union communistes/insoumis à l’occasion de ce scrutin territorial, n’est sans surprise pas du tout contrarié par le faible score réalisé ce dimanche par Jacques Casamarta, au contraire il félicite Gilles Simeoni et plus largement les nationalistes pour leur score sans appel. « Je félicite la liste de M.Simeoni pour son résultat, et comme je sais qu’il va gagner je lui présente les meilleurs vœux de succès pour avoir avec le gouvernement de notre République commune le meilleur dialogue possible. Sur un territoire, quand les électeurs désignent, sur quatre députés trois de la mouvance autonomiste et nationaliste cela a un sens très fort… beaucoup de gens ont préféré ne pas voir ce qui se passait en Corse, ce n’est pas mon cas. Dès que les trois députés corses ont été élus je me suis rapproché, d’eux…Ce que j’ai appelé le « dégagisme » c’est le courant autonomiste qui l’exprime en Corse… »

« J’ai appelé à voter contre le statut proposé par Jospin en 91, si la République française avait été capable de prendre soin de la Corse au lieu de laisser exploser le chômage, de pratiquer des politiques qui ont mis la population dans de telles situations qu’il ne lui semble pas possible d’y répondre autrement qu’en se prenant en main elle-même, ce n’est pas ce que j’aurai préféré il y a 10 ans mais je crois que c’est une situation positive ! »

« Ce que j’ai appris des autonomistes à l’Assemblée Nationale, c’est que ce sont des gens responsables, sérieux, qui ne sont pas des aventuriers, ils imaginent la Corse à l’intérieur de la République et je ne vois pas en quoi ce serait un drame quand on trouve normal qu’il y ait un gouvernement autonome à Tahiti, un congrès du territoire et un gouvernement en Nouvelle Calédonie, en Martinique une seule collectivité locale au lieu de deux…»

Benoît Hamon veut ouvrir la discussion

Benoît Hamon, candidat socialiste lors de la dernière élection présidentielle, était ce lundi invité de Léa Salamé chez nos confrères de France Inter. Le député des Yvelines, désormais à la tête d’un nouveau mouvement « Générations », a relevé les orientations « solidaires, écologiques et sociales » des nationalistes et appelé le gouvernement à ouvrir le dialogue avec eux. « Il y a peut-être au sein des nationalistes des élus de gauche. Moi je me suis attaché à lire le programme des nationalistes, et à voir ce qu’ils proposaient en matière de solidarité, de transition écologique et il y a beaucoup de choses qui sont intéressantes et qui orientent le développement de la Corse vers la prise en compte des solidarités, de la justice sociale et de la transition écologique. »

« Un dialogue doit s’ouvrir »

« Il semble qu’il y aura une majorité très large pour tourner la Corse vers un statut plus autonome, et il faudra ouvrir la discussion, la nouvelle majorité défendra la coofficialité de la langue corse avec la langue française, le statut de résident, la demande de transfert de pouvoir législatif et fiscal à l’assemblée de Corse… sur ces questions un dialogue politique doit s’ouvrir qui intègre l’opposition, si nous voulons maitriser un processus qui doit permettre un développement harmonieux de la Corse. Moi j’attends du gouvernement qu’il ouvre cette discussion et de l’élargir aux représentants de l’opposition…je suis favorable au rapprochement des prisonniers pas à l’amnistie. »