Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'écologiste Éric Piolle élu maire pour un deuxième mandat à Grenoble, comme dans un fauteuil

-
Par , , France Bleu Isère

Eric Piolle a fait le plein des voix de son groupe lors du conseil municipal d'installation qui suit le deuxième tour des élections municipales. Il a distribué bons et mauvais points à ses adversaires lors de son premier discours et instauré deux nouveautés dans le fonctionnement des élus.

Le maire ovationné par ses co-listier
Le maire ovationné par ses co-listier - Gérard Fourgeaud

C'est officiel, l'écologiste Éric Piolle est ré-élu maire de Grenoble pour six ans. C'est son adversaire (DVD) Alain Carignon, ancien maire  et doyen de l'assemblée, qui a siégé dans le fauteuil de maire, le temps de l'élection et qui l'a félicité le premier. Car la règle veut que le plus âgé des élus préside le conseil avant l'élection officielle du nouveau maire. Eric Piolle a recueilli les 46 voix de son groupe. Aucune  voix n'a manqué non plus pour l'élection de ses 22 adjoints. La première reste Elisa Martin, sa colistière de la France Insoumise. 

Eric Piolle tout frais réélu gagne la tribune
Eric Piolle tout frais réélu gagne la tribune © Radio France - Gérard Fourgeaud

Seule à se présenter contre lui,  la députée LREM Emilie Chalas a recueilli uniquement les trois voix de son groupe. Alain Carignon et ses colistiers ont rendu des bulletins raturés, donc nuls. Le groupe socialiste d'Olivier Noblecourt a voté blanc. 

Alain Carignon, comme doyen, a ouvert la séance
Alain Carignon, comme doyen, a ouvert la séance © Radio France - Gérard Fourgeaud

Quatre des six colistiers d'Alain Carignon et les deux colistiers d'Olivier Noblecourt (notamment Patrick Lévy, l'ancien président de l'Université Grenoble Alpes) ont démissionné. Cela leur a valu une critique acerbe du maire qui a commencé son premier discours en remerciant Emilie Chalas sa loyauté et en rappelant la condamnation pour corruption de son prédécesseur dans l'affaire de l'attribution de l'eau de Grenoble en 1989 à la Lyonnaise des Eaux.

Eric Piolle distribue bons et mauvais points à ses adversaires

Ce conseil municipal a acté deux nouveautés dans son fonctionnement : 

  • la création de 42 "quartiers" centrés autour d'une école primaire avec un élu référent pour chacun  pour répondre à la demande de proximité de la population 
  • une période de formation d'un mois avant l'entrée en fonction des adjoints qui aboutira à l'affectation d'une spécialité pour chacun

Reportage de Gérard Fourgeaud

Ce délai d'un mois correspond aussi à la mise en place du conseil métropolitain dont le président et les vices-présidents seront élus le 17 juillet.  On peut comprendre que les adjoints à la mairie de Grenoble seront  ceux qui n'obtiendront pas de vice-présidence à la métropole. Car si les écologistes et les Insoumis font la course en tête, ils ne sont pas encore certains de gagner.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess