Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

L'élection présidentielle vue par une infirmière libérale

-
Par , France Bleu Poitou
Poitiers, France

A l'occasion de l'élection présidentielle, France Bleu Poitou donne la parole aux citoyens. Anne, infirmière libérale près de Poitiers livre ses envies, ses espoirs et ses craintes.

La présidentielle vue par une infirmière libérale
La présidentielle vue par une infirmière libérale © Maxppp - Fabien Dubessay

Le malaise du personnel soignant dans le milieu hospitalier, Anne le connaît bien. Pendant plusieurs années, elle a travaillé en tant qu'infirmière au CHU. Elle se souvient des difficultés. "On n'a pas le temps de s'occuper des patients. La direction pense surtout en termes de rentabilité et la santé ce n'est pas de la rentabilité".

A la fin du mois il faut en faire beaucoup des piqûres

Alors la jeune femme décide de se lancer en tant qu’infirmière libérale et ouvre son cabinet près de Poitiers. Un choix qu’elle ne regrette pas. « Aujourd’hui je prends le temps qu’il me faut. Je fais les choses à ma façon. » Pourtant l’infirmière ne compte pas ses heures. « On prend 8.50 euros pour une piqûre, essence et charges comprises. Donc ça fait 4.25 euros, la piqûre même s’il faut une heure. A la fin du mois il faut en faire beaucoup des piqûres ! » La revalorisation de certains actes, ce serait un vrai plus pour Anne. "Depuis 2012, on nous promet des changements, mais on n'a rien vu".

Pourquoi il n'y aurait pas des ministres de la santé infirmières ?

Le manque de reconnaissance des hommes et femmes politiques pour sa profession explique leur inaction, pour la jeune femme. "Il faut dire qu'on manifeste peu, car on doit s'occuper des malades. On a une conscience professionnelle". Elle regrette le manque d'écoute. " Ils ne nous consultent jamais et après ils mettent en place des mesures inadaptées au terrain". Pour elle le changement doit passer par de nouvelles têtes. "Pourquoi il n'y aurait pas des ministres de la santé infirmières ou des conseillers venant du corps médical ? Au moins ils sauraient de quoi ils parlent." Déçue, Anne ira quand même glisser un bulletin dans l'urne ce dimanche 23 avril, en espérant que cette fois les choses changent.

0 sondages, 1000 reportages
0 sondages, 1000 reportages © Radio France - FB

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess