Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

L'élue du Nord-Médoc Sonia Colemyn démissionne du FN

jeudi 24 novembre 2016 à 17:53 Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde

Sonia Colemyn, conseillère départementale du Nord-Médoc sous l'étiquette Front national a annoncé aujourd'hui sa démission du parti. Elle dénonce des "inégalités de traitement" face à son binôme Grégoire de Fournas, et se dit "déçue" du Front national.

Sonia Colemyn dénonce une collaboration "intenable" avec Grégoire de Fournas
Sonia Colemyn dénonce une collaboration "intenable" avec Grégoire de Fournas © Radio France

Gironde, France

Sonia Colemyn dit être enfin libre de dire et faire ce qu'elle veut. Depuis qu'elle a été élue en mars 2015 avec Grégoire de Fournas au conseil départemental de Gironde, les choses se sont gâtées. Leur collaboration était "intenable" selon elle, et son binôme "sexiste" et "autoritaire".

"C'est quelqu'un qui ne laisse pas de place à l'autre binôme, il faut absolument faire comme lui veut, il est décisionnaire pour tout, accuse Sonia Colemyn. Dès qu'on s'y oppose, c'est des combats verbaux qui n'en finissent pas, il veut tout faire, tout voir, tout contrôler, c'était le chef."

L'élue lui reproche aussi un certain sexisme. "Quand on a commencé notre collaboration, il me disait qu'il ne comprenait pas le principe de parité et qu'il se serait lancé comme candidat tout seul" . "J'ai effectivement été toujours circonspect et en désaccord même avec cette question de parité, répond Grégoire de Fournas. Cela a conduit notre canton a perdre un conseiller général puisque nous avons été la réunion de trois anciens cantons et au prétexte de cette parité nous avons perdu en proximité".

Des "petits arrangements entre amis"

Sonia Colemyn est déçue du Front national, qu'elle reproche d'être "comme tous les autres partis, avec des petits arrangements entre amis". Elle dénonce, entre autres, le fait que Grégoire de Fournas soit monté à Paris pour rencontrer Marine Le Pen et les autres élus FN sans elle, lorsqu'il avait été choisi comme candidat au poste de secrétaire départemental.

Mais aussi, qu'il n'y ait pas eu de dialogue lorsque son collaborateur à été préinvesti pour les élections législatives de juin 2017 dans le Médoc. "J'étais déjà responsable de la circonscription du Médoc, j'étais déjà plus connu qu'elle, donc naturellement oui j'étais plus en avant qu'elle. Il y a un choix qui a été fait depuis Paris pour les potentiels candidats". Grégoire de Fournas lui aurait même laissé la place aux investitures. Elle réfute.

Un "sabordage du FN"

Edwige Diaz, la secrétaire départementale et Grégoire de Fournas, qui est son adjoint, s'indignent que l'élue continue de siéger au département en tant que non-inscrite. Ils parlent même d'une volonté de "sabordage" du Front national. Edwige Diaz estime que Sonia Colemyn est" emportée par la colère" car elle n'a pas été retenue pour la candidature aux législatives. L’intéressée n'est pas prête à renouer le dialogue avec le FN, bien que le parti précise que "la porte lui est toujours ouverte".