Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

L'environnement en Île-de-France est-il vraiment la priorité de Valérie Pécresse ?

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La Présidente du Conseil régional veut faire de l'Île-de-France la "première métropole écologique d'Europe". L'opposition s'étonne pourtant de budgets alloués à des projets environnementaux non dépensés en 2017, à hauteur de 21 millions d'euros.

Valérie Pecresse et Stéphane Salini présente le budget 2018 de la région Ile-de-France
Valérie Pecresse et Stéphane Salini présente le budget 2018 de la région Ile-de-France © Maxppp -

Île-de-France, France

En juin 2016 , Valérie Pécresse déclarait que la qualité de l'air en Île-de-France allait devenir l'une des priorités du Conseil régional. La majorité de droite imagine alors le plan "Changeons d'air" étalé sur 5 ans. Un plan qui prévoit par exemple des aides aux particuliers qui ont des chaudières à bois et qui souhaitent en changer. 4 millions d'euros sont budgétés pour l'année 2017, mais au final, pas un centime n'a été dépensé par le Conseil régional.

Le Plan vert lui, prévoit de multiplier les espaces verts dans la région. 5 millions d'euros étaient prévus sur l'année 2017. Seulement 500 000 euros ont été dépensés concrètement. Et c'est la même chose pour les énergies renouvelables, la protection des milieux naturels ou l'amélioration des voies de bus. Tous ces budgets n'ont été dépensés que partiellement par le Conseil régional.

Pour l'opposition écologiste, il n'y a pas de volonté politique de dépenser ces budgets

Pour le président du groupe "Alternative écologiste et sociale" au Conseil régional, Mounir Satouri, il y a un décalage entre les annonces environnementales de Valérie Pécresse et leurs réalisations : "nous avons affaire à un double langage. Nous avons affaire à un budget d'affichage voté pour permettre à Valérie Pécresse de faire sa communication. Mais il n'y a pas de réelle volonté politique pour dépenser ses budget là !" Au total 21 millions d'euros budgétés pour des projets environnementaux sont restés dans les caisses du  Conseil régional.

La majorité de droite explique que pour le Plan "Changeons d'air" c'est l'État qui bloque. Il doit cofinancé le Plan, mais ne le fait pas pour l'instant. Pour le Plan vert le problème est différent. Il a véritablement lancé au milieu de l'année 2017 et n'a fait l'objet que d'un seul appel d'offre. Toutes les offres qui sont parvenues au Conseil régional ont été financées. Mais elles ont tout simplement été beaucoup moins nombreuses que prévues. Le Conseil régional espère qu'en 2018, sur une année pleine, elles seront plus nombreuses.

Le budget 2018 du Conseil régional d'Île-de-France va être débattu pendant 3 jours à partir de ce lundi. 

Stéphane Salini, vice-président en charge des finances était l'invité de France Bleu Paris