Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

L'eurodéputé mayennais Jean Arthuis passe le flambeau

-
Par , France Bleu Mayenne

Il l'a annoncé pendant ses vœux aux élus de Château-Gontier, en ce début d'année 2019 : Jean Arthuis ne briguera pas un second mandat d'eurodéputé aux élections européennes à venir, en mai 2019. Ancien maire et sénateur mayennais, l'homme politique se juge trop âgé pour rempiler.

Ancien conseiller général, sénateur de Mayenne puis ministre sous Jacques Chirac, Jean Arthuis était député européen depuis 2014.
Ancien conseiller général, sénateur de Mayenne puis ministre sous Jacques Chirac, Jean Arthuis était député européen depuis 2014. © Maxppp - Vincent Isore

Mayenne, France

"Il faut maintenant laisser la place aux jeunes !" Le message de Jean Arthuis est clair : il ne compte pas se représenter aux élections européennes de mai prochain. Élu eurodéputé centriste en 2014, l'homme de 75 ans a également été maire de Château-Gontier, sénateur de la Mayenne et ministre sous Jacques Chirac.

"La France ne réussira pas seule."

C'est devant les élus de son fief, pendant ses vœux pour l'année 2019, qu'il a fait passer la nouvelle. Des vœux emplis d'espoirs pour une Europe soudée et fraternelle, mais aussi de craintes. "Après des années de progrès qui ont réduit la misère à l’échelle de la planète, l’ordre international est soudainement à rude épreuve", assène le Mayennais.

Même s'il ne se représente pas, il compte encore se battre pour une "Europe puissance mondiale", avant d'ajouter que quelles que soient ses réformes, "la France ne réussira pas seule."