Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

L'Europe de Christophe Grudler, candidat sur la liste Renaissance (LREM-MoDem-Agir)

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Candidat à la 20e place sur la liste Renaissance (LREM-MoDem-Agir) pour les élections européennes, le belfortain Christophe Grudler, également conseiller départemental du Territoire de Belfort, a répondu au questionnaire de France Bleu Belfort Montbéliard sur l’Europe.

Christophe Grudler est belfortain, également conseiller départemental du Territoire de Belfort
Christophe Grudler est belfortain, également conseiller départemental du Territoire de Belfort © Maxppp - Aurélien Morissard

Franche-Comté, France

Christophe Grudler est belfortain, conseiller départemental du Territoire de Belfort. Il est en position éligible, à la 20e place, sur la liste Renaissance (LREM-MoDem-Agir). 

C'est quoi l'Europe pour vous?

"L’Europe est pour moi un idéal de paix, et un réel espoir pour répondre aux grands défis du monde. A l’heure où l’Europe ne représente plus que 4% de la population mondiale, à l’heure où l’on sait que d’ici 15 ans, aucun pays européen ne figurera plus parmi les 15 plus fortes économies mondiales, il est indispensable d’unir nos forces. Nous avons des atouts pour cela : l’Europe est aujourd’hui la première économie et le premier marché mondial. L’Europe, c’est donc la bonne échelle pour protéger la France et les autres pays, pour garantir notre niveau de vie, notre richesse nationale, notre protection sociale par exemple".

Il faut que l'Europe protège enfin ses industries

Quelle sera votre priorité si vous êtes élu?

"Au niveau thématique, ma première priorité sera d’agir pour que l’Europe protège enfin ses industries, ses PME, pour leur permettre de se développer et de trouver de nouveaux marchés. Cela permettra de développer l’emploi industriel, comme c’est le cas depuis deux ans en France (5000 emplois industriels supplémentaires ont été créés en 2018), et de garantir des revenus pour tous. Cela passe par une vraie politique industrielle européenne, avec du soutien financier et des filières à organiser, à l’image du plan européen pour la fabrication de batteries électriques, où j’appuierai avec force la candidature du Nord Franche-Comté (1500 emplois à la clé). Au niveau du mode d’action, je souhaite être un député européen proche des gens et ma ville de cœur : j’aurai donc à Belfort une permanence ouverte à tous les habitants, et j’interviendrai sur le terrain partout où je serai sollicité".

"L'avenir de notre industrie passe par une diversification"

L'Europe peut-elle sauver General Electric à Belfort ?

"Le plus important pour moi est de sauvegarder les emplois et le savoir-faire belfortain, avec ou sans General Electric. Avec, si GE consent à des investissements importants pour garantir l’avenir du site. Sans, si GE est uniquement dans une logique de désengagement, il y a alors des solutions alternatives pour garantir l’emploi, et l’Europe - comme l’Etat - doit y avoir toute sa place pour soutenir financièrement nos salariés et nos savoir-faire. L’avenir de nos sites industriels du Nord Franche-Comté passe aussi par une diversification. Il faut que notre secteur, reconnu Territoire d’industrie, postule pour les grands appels d’offre européens que nous voulons lancer, à l’image de la filière Batteries électriques. Outre l’hydrogène, le numérique, les énergies renouvelables, l’aéronautique, il y a aussi des possibilités dans l’industrie de la Défense. Je veux porter avec force tous ces dossiers".

En quoi l'Europe peut-elle aider les territoires ruraux et reculés du Nord Franche-Comté ?

"Les subventions européennes sont un élément essentiel d’aménagement du territoire. Les fonds structurels Feder permettent de financer des équipements à l’échelle des communes ou des intercommunalités : sans l’Europe, ces projets ne pourraient pas voir le jour. Il faut que ces crédits se développent pour la prochaine mandature. [...] De 2014 à 2020, 51 millions d’euros ont été affectés à la Franche-Comté en subventions pour la qualification des jeunes par l’apprentissage, l’orientation professionnelle, l’inclusion sociale, la lutte contre la pauvreté. Il faut agir pour que les projets locaux se multiplient, pour réinvestir notamment dans l’économie locale et les transports par exemple."

Nous voulons que l'Europe devienne un continent neutre en carbone

En mars dernier, 350 jeunes ont participé à Belfort à une marche pour le climat. Que leur répondez-vous? Que peut faire l'Europe?

"L’urgence climatique est la priorité de notre liste Renaissance. Ces jeunes ont eu raison de manifester pour le climat. Il faut se battre pour faire reconnaître l’urgence de la situation et pour trouver des solutions durables. L’Europe doit être exemplaire en interne, et être un modèle environnemental pour parler au reste du monde. Notre liste Renaissance, qui compte en son sein plusieurs spécialistes de l’environnement, propose par exemple une Banque européenne du climat qui pourra investir 1000 milliards d’euros pour développer les énergies et les transports propres, rénover les logements par exemple. Nous voulons que l’Europe devienne un continent neutre en carbone d’ici 2050, protège notre santé et porte un modèle d’agriculture et de consommation respectueux de la nature."

La campagne officielle des européennes a débuté - Visactu
La campagne officielle des européennes a débuté © Visactu