Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

L'hôpital d'Orléans "surdimensionné" selon la chambre régionale des comptes : le maire se dit "sidéré"

-
Par , France Bleu Orléans

Serge Grouard n'a pas apprécié les conclusions du rapport de la chambre régionale des comptes sur le centre hospitalier régional d'Orléans. Le maire LR d'Orléans, président du conseil de surveillance de l'établissement, refuse de parler de surdimensionnement du CHRO.

Serge Grouard, le 18 septembre 2020, à l'Hôtel de Ville d'Orléans
Serge Grouard, le 18 septembre 2020, à l'Hôtel de Ville d'Orléans © Radio France - Antoine Denéchère

C'est un pavé dans la mare, alors que les soignants du centre hospitalier régional d'Orléans sont de nouveau mobilisés face au Covid-19 et que le service réanimation du CHRO est déjà sous tension : la chambre régionale des comptes rend public un rapport sur ce qu'on appelle le nouvel hôpital d'Orléans inauguré en janvier 2017 dans le quartier de la Source. Ce rapport conclut à un surdimensionnement du CHRO et insiste sur des réductions d'effectifs et du nombre de lits.

Serge Grouard, qui fut l'un des artisans de la construction de cet hôpital, et qui vient d'être (ré) élu président du conseil de surveillance du CHRO, se dit "sidéré" par ces conclusions des magistrats de la chambre régionale des comptes. 

Pour le maire LR d'Orléans, si les taux d'occupation prévisionnels ne sont pas atteints dans certains services (médecine, chirurgie, obstétrique), comme l'écrit le rapport,  c'est "parce que l'établissement est encore récent et n'a pas encore trouvé son rythme de croisière" et parce que "le fait que de nombreux postes ne soient pas pourvus, faute de candidats, handicape l'activité". Interview.

Les bras m'en tombent !" (Serge Grouard)

"Je pense, avec tous les orléanais qui ont mesuré pendant la première vague à quel point l'hôpital d'Orléans a su faire face à la crise Covid avec des personnels soignants remarquables qu'aujourd'hui, alors que nous sommes dans le rebond, mais pas encore malheureusement au sommet de ce rebond du Covid-19, l'hôpital est en limite de saturation, avec un personnel d'un dévouement remarquable. Alors, lorsque je lis que le nouvel hôpital d'Orléans est surdimensionné, je suis simplement sidéré, les bras m'en tombent !"

Faut-il réduire les effectifs et le nombre de lits ?

"Je tire la sonnette d'alarme : on a des personnels remarquables qui ont énormément donné, il faut le mesurer. Heureusement, avec un outil très performant, le nouvel hôpital, mais aujourd’hui, ils sont dans une situation de grande fatigue et parfois de grande lassitude. Alors, ce n'est certainement pas le moment de venir dire qu'il faudrait réduire les effectifs. Au contraire, il faut que l'on puisse renforcer les effectifs, ici et là dans l'hôpital, là où il y a des besoins qui sont urgents et criants, sur des spécialités, certaines professions".

Je ne peux pas entendre le discours du surdimensionnement"

"Tout cela est parfaitement connu, il y a des postes qui sont vacants aujourd'hui et qui ne sont pas pourvus, alors moi je n'entend pas le discours du surdimensionnement comme des effectifs trop nombreux. On ne peut pas demander ce qu'on a demandé aux personnels soignants d'un côté et leur dire, de l'autre, écoutez on va vous réduire parce que vous êtes trop nombreux !"

Serge Grouard et la question des effectifs du CHRO

Quand on rappelle à Serge Grouard qu'il fut l'un des principaux soutiens de François Fillon à la présidentielle 2017, candidat qui souhaitait supprimer 500.000 postes de fonctionnaires en France, le maire LR d'Orléans assure qu'il soutient toujours cette mesure du programme de l'époque. 

Mais l'ancien député explique ces réductions d'effectifs concernaient les trois fonctions publiques, qu'elles nécessitaient un état des lieux très fin au préalable et que pour l'hôpital, si des postes venaient à être supprimés, cela aurait été après négociation avec les organisations syndicales pour permettre une hausse des rémunérations et un retour aux 39 heures à l'hôpital pour ceux qui le souhaitent.

Le service de réanimation du CHR d'Orléans pendant l'épidémie de Covid 19
Le service de réanimation du CHR d'Orléans pendant l'épidémie de Covid 19 © Radio France - Anne Oger
Choix de la station

À venir dansDanssecondess