Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'idée d'un Grand Reims est une "erreur stratégique" pour Benoist Apparu

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La ville de Reims a contre toute attente décidé de refuser la création d'une grande agglomération avec celle de Châlons-en-Champagne, comme proposé par le Préfet de la Marne. Le maire et la présidente de Reims Métropole préfèrent créer un "Grand Reims". Le maire de Châlons-en-Champagne réagit.

Benoist Apparu
Benoist Apparu © Maxppp

C’est par un communiqué, envoyé à la presse samedi 21 novembre, que le maire de Reims et la présidente de Reims Métropole ont fait part de leur décision : ils ne veulent plus d’un rapprochement avec Châlons-en-Champagne, mais préfèrent se tourner vers les communes plus proches de Reims.

La loi dite «loi NOTRe» oblige les intercommunalités à bouger leurs frontières, puisque les communautés de communes de moins de 5 000 habitants sont vouées à disparaître. L’idée d’un regroupement entre les intercommunalités de Reims et de Châlons-en-Champagne a été évoquée, puis proposée officiellement par le Préfet de la Marne le 12 octobre dernier, soutenue par les maires des deux communes.

Contre toute attente, Arnaud Robinet et Catherine Vautrin ont changé d’avis, au profit d’un «Grand Reims», avec les communautés de communes proches de celle de Reims. "Jamais la notion essentielle du bassin de vie rémois n’a fait autant sens et n’est devenue aussi concrète, tangible et partagée", écrivent-ils dans leur communiqué.

"Je n'ai pas à juger leur décision, mais c'est une erreur stratégique"  Benoist Apparu

Suite à cette décision, la grande perdante est la ville de Châlons-en-Champagne. Son maire, le député Les républicains, Benoist Apparu, se dit déçu de la décision de ses homologues rémois et ne comprend pas ce choix.

 _"_Nous avons la région la plus petite, la moins dense économiquement parlant et la seule en déclin démographique, c'est pour ça qu'il faut créer un pôle urbain puissant, c'est la seule façon de ne pas être aspiré par l'Est et par l'Ouest", martèle-t-il. Et il ajoute : "Le plus grand risque est pour Reims, qui concentre déjà les grandes fonctions métropolitaines, mais il fallait les rendre plus puissantes".

Carte définitive en mars 2016

Dans ce dossier, le Préfet de la Marne aura le dernier mot. En octobre il avait proposé une carte avec une agglo Reims-Châlons, mais sa carte définitive sera présentée en mars 2016, pour une application au 1er janvier 2017. 

En attendant la carte définitive, Arnaud Robinet et Catherine Vautrin demandent aux maires concernés par le projet de "Grand Reims" de voter contre la proposition du Préfet, ce qu'ils feront de leurs côtés le 7 décembre lors d'un conseil municipal extraordinaire.

Benoist Apparu, le maire de Châlons-en-Champagne, réagit à la décision des Rémoi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess