Politique

"L'illusion nationale" : le roman-photo du Front national à Hayange

Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord jeudi 9 mars 2017 à 8:53

"L'illusion nationale, 2 ans d'enquête dans les villes FN"
"L'illusion nationale, 2 ans d'enquête dans les villes FN" © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP

L'historienne Valérie Igounet, présente cette semaine en Moselle, avec le photographe Vincent Jarousseau, un livre roman-photo, "L'illusion nationale, deux ans d'enquête dans les villes FN". Une plongée au coeur de Hénin-Beaumont, Beaucaire et Hayange, la ville mosellane gérée par Fabien Engelmann.

L'Illusion nationale, deux ans d'enquête dans les villes FN, le roman-photo de l'historienne Valérie Igounet et du photographe Vincent Jarousseau, sorti en février 2017, est présenté ce jeudi à 18h30, à la librairie Autour du Monde de Metz. Valérie Igounet raconte comment cette enquête s'est construite et ce qu'elle en a retiré.

France Bleu : Cet ouvrage s’ouvre sur la fête du cochon, fête instaurée par Fabien Engelmann à son arrivée à la mairie. C’était un passage obligé ?

Valérie Igounet : Oui cela nous semblait nécessaire, de part cette ville, de son passé, mais surtout par cette personne qui est Fabien Engelmann, ce maire qui est quand même singulier au sein du FN.

Premier enseignement, dans les propos des Hayangeois, c'est le rejet, le dégoût, des partis dits "traditionnels" ?

C’est quelque chose qui nous a profondément marqué. Enormément de personnes nous ont fait part de leur désillusion, de leur dégout de la politique française, ils ne croient plus dans les partis traditionnels de gauche comme de droite.

Autre remarque : les habitants se félicitent de choses assez simples : le fleurissement, la propreté, la proximité du maire…

Tout à fait. Presque tout le monde nous a parlé des fleurs. Leur attention est portée sur ces éléments, mais aussi après sur les questions de sécurité, sur les migrants. Ils se portent d’abord sur la politique municipale, mais reviennent après sur les thématiques plus générales du Front national.

Avez-vous trouvé une ville fracturée ?

Oui énormément, surtout chez les anti-FN, ceux qui se battent contre ce parti, contre la politique municipale. Il y a une énorme blessure. Il y a en même temps une réactivité assez forte et ce sont des personnes qui ne l’acceptent pas.

Pour beaucoup ces opposants considèrent l’arrivée du FN à la mairie comme un accident. Mais, selon vous, Fabien Engelmann peut-il durer ?

C’est toujours compliqué à répondre, comme pour la présidentielle… Ce que l’on peut dire c’est que par rapport à d’autres villes comme Hénin-Beaumont et Beaucaire, Fabien Engelmann n’est pas un professionnel de la politique. Il est aussi surexposé par ses multiples provocations. Mais il semblerait, qu’aujourd’hui, s’il y avait une élection municipale à Hayange, il pourrait être réélu. Mais un mandat c’est long !

Ce livre est présenté comme un roman-photo. Etais-ce facile de faire poser les habitants, de les faire témoigner ainsi, à visage découvert ?

Ils n’ont pas exposé de réticence à notre démarche. Nous sommes venus plusieurs fois à Hayange, nous les avons rencontrés plusieurs fois. Ils ont validé leurs propos et lors des entretiens, ils étaient au courant de la forme que prendrait l’ouvrage. Non, il n’y a eu aucun problème.

"L'illusion nationale, deux ans d'enquête dans les villes FN" (éditions Les Arènes), Valérie Igounet et Vincent Jarousseau.