Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Politique

L'imam de la mosquée de Pessac fait taire la polémique

-
Par , France Bleu Gironde

L'imam de Pessac est au cœur d'une polémique, accusé de prêcher un islam radical. Mais aujourd'hui il se défend, et il est soutenu par les musulmans de Pessac. Mais aussi par le maire de la commune, Franck Reynal.

L'entrée de la mosquée de Pessac
L'entrée de la mosquée de Pessac © Radio France - Yassine Khelfa M'Sabah

Une vidéo publiée en 2013 sur Youtube refait surface aujourd'hui. Cette vidéo prise lors d'un de ses sermonts rappelle aux fidèles les devoirs de l'homme et de la femme . Et parmi les devoirs de la femme justement, certains propos ressortis de leur contexte font polémique. Notamment en ce qui concerne le port du voile et son rapport de soumission à l'homme. Une vidéo qui inquiète certains élus comme la conseillère régionale PS Naïma Charaï qui demande "une condamnation ferme" (dans une interview à nos confrères de Sud Ouest ).

Avant la prière du vendredi, une centaine de fidèles assis les uns derrières les autres sur le grand tapis rouge de la salle de prière écoutent le prêche de Mohamed Barry, l'imam de la mosquée de Pessac. Un prêche orienté aujourd'hui vers les valeurs de l'islam . Une sorte de droit de réponses face aux accusations qui lui sont faites.

"J'ai toujours le même discours. Notre religion est entre deux extrêmes, nous sommes au juste au milieu. Notre prophète a été envoyé pour parfaire le bon comportement avec le musulman, le non-musulman, le juif, le chrétien." — Mohamed Barry

Et dans le climat actuel, l'imam appelle ses fidèles à la sérennité , des fidèles qui comme Samir soutienne Mohamed Barry. Un homme qu'il dit éloigné de toute tendance salafiste  : "L'imam de cette mosquée est loin d'être intégriste ou salafiste, au contraire il appelle toujours dans ses discours à respecter l'autre. Les gens interprètent et ne comprennent pas que l'Islam est une religion de tolérance."

L'imam parle aussi de la condition de la femme. C'est justement ce thème qui fait polémique danss la vidéo publiée sur Youtube. D'après lui, ses propos auraient été sortis de leur contexte .

"L'islam n'interdit pas à la femme de sortir pour aller travailler, l'islam n'interdit pas à la femme de porter le voile, si elle veut le porter, elle le porte, si elle ne veut pas, elle ne le porte pas. C'est aussi simple que ça." — Mohamed Barry

Et pour le maire UMP de Pessac, Franck Raynal , cette polémique est stérile et rien ne semble sortir du cadre de la loi.

"Même si le prêche peut être condamné moralement et je dis bien moralement car la laïcité c'est aussi respecter les croyances de chacun, je ne vois aucune incitation au fanatisme ou au djihad." — Franck Raynal

Le maire de Pessac qui souligne aussi l'immédiate réaction de Mohamed Berry pour condamner les attentats contre Charlie Hebdo en janvier dernier.

Cette polémique a été grossie aussi par un reportage de la radio Wit-FM. Reportage qui visiblement pose problème au maire UMP Franck Raynal qui réfléchit actuellement à une action en justice. Dans ce reportage, le prêche de l'imam Mohamed Barry est qualifié d'inquiétant. Les journalistes auraient réalisé un reportage à "la sortie du prêche de la prière du vendredi soir" . Chez les musulmans, la prière du vendredi a pourtant lieu à 13 heures.

Du côté de l'association des musulmans de Pessac, présidée par Abdourahmane Ridouane , ils ont demandé via communiqué de presse, à un droit de réponse .

"S'ils ne nous laissent pas nous exprimer pour nous expliquer, nous comptons les attaquer en justice. Ils ont supprimé le reportage, mais le mal est fait. Ils ont fait un reportage sans nous rencontrer, sur quels faits se basent ils ?" — Abdourahmane Ridouane

Accusé de prononcer un prêche trop radical, l'imam de Pessac est aujourd'hui soutenu par les musulmans de sa mosquée