Politique

L’indépendance de la Catalogne en débat à Madrid

Par François David, France Bleu Roussillon mardi 8 avril 2014 à 11:29

Le drapeau catalan
Le drapeau catalan © Pablo Saludes Rodil - Pablo Saludes Rodil

Aucun suspense. Les députés espagnols s'apprêtent à opposer un "non" massif, ce mardi, au projet de référendum sur l'indépendance de la Catalogne, le 9 novembre prochain. Mais ce ne sera pas suffisant pour doucher les ardeurs catalanes.

Un débat pour rien ? En tout cas, l’issue du vote ne fait aucun doute ce mardi devant l’Assemblée espagnole. Les députés vont rejeter massivement le projet de referendum sur l’indépendance de la Catalogne.Le débat « sera de pure forme. La preuve c'est qu'Artur Mas, le président catalan, n'ira pas. », estime l'analyste politique et chroniqueur Josep Ramoneda.La droite au pouvoir, tout comme l’opposition socialiste, sont formellement opposés au referendum. Pour le chef du gouvernement conservateur, Mariano Rajoy, la consultation est « illégale ». Pour lui, l'indépendance de la Catalogne signifierait sa sortie de l'Union européenne, de l'euro, et un désastre économique pour la région et le reste du pays.Mais quoiqu’il arrive, pour la presse catalane, l’ultimatum lancé par les indépendantistes catalans n’aura pas été inutile. Le gouvernement semble aujourd’hui prêt à ouvrir le dialogue

La une de La Vanguardia, ce mardi
« Si les députés disent non, ils diront non à une loi. Mais ils ne pourront pas arrêter la volonté du peuple de Catalogne », réorque Artur Mas, le président nationaliste de Catalogne.« Le 9 novembre, nous voterons. Nous ne renoncerons pas à la consultation, parce que c'est notre dignité qui est en jeu, la dignité de la Catalogne ", ajoute Carme Forcadell, la présidente de l'Assemblée nationale catalane (ANC), à l'origine d'immenses rassemblements depuis deux ans le 11 septembre, Jour de la Catalogne.

Une nouvelle chaine humaine le 11 septembre

L'ANC annonce même un calendrier devant mener à une proclamation d'indépendance, même unilatérale, au plus tard le 23 avril 2015, jour de la Sant Jordi, le saint patron des Catalans.Déjà, ce mouvement citoyen prévoit une nouvelle démonstration de force le 11 septembre, avec une chaîne humaine formant le V de la victoire à travers Barcelone.

Les indépendantistes catalans à la sortie du Perthus, côté français - Radio France
Les indépendantistes catalans à la sortie du Perthus, côté français © Radio France - Baptiste Guiet
Le précédent basque

En 2005, les députés espagnols avaient déjà rejeté (313 voix contre 29) une initiative qui visait à transformer le Pays basque en une région "librement associée" à l'Espagne.Le "plan Ibarretxe", du nom du président basque de l'époque, le nationaliste Juan José Ibarretxe, se fondait sur « le droit du peuple basque à décider librement » de sa propre organisation politique.Le projet prévoyait « la reconnaissance officielle d'une nationalité basque totalement compatible avec la nationalité espagnole », « un pouvoir judiciaire basque autonome » et « la possibilité d'union » avec la Navarre, considérée par les nationalistes et les indépendantistes comme une partie du grand Pays basque Approuvé par le Parlement régional, le "plan Ibarretxe" s'était heurté au rejet du Parlement central. Cela n'avait pas empêché le président basque de proposer deux ans plus tard, en 2007, l'organisation d'un référendum sur l'avenir de la région.En juin 2008, le Parlement basque avait approuvé une loi permettant la tenue de ce référendum. Le gouvernement socialiste espagnol de l'époque avait déposé un recours devant le Tribunal constitutionnel, qui en septembre 2008 avait jugé le référendum illégal.

Partager sur :