Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Hollande peut justifier sa candidature par l'inversion de la courbe du chomage (Michel Albouy, prof à GEM)

vendredi 25 novembre 2016 à 12:59 Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère

Michel Albouy, professeur d'économie à Grenoble Ecole de Management, a regardé le dernier débat de la primaire de la droite et du centre pour France Bleu Isère. Il commente les volets économiques des deux candidats François Fillon et Alain Juppé et la baisse du chômage de 0.3% en octobre en France.

Michel Albouy, professeur d'économie à Grenoble Ecole de Management.
Michel Albouy, professeur d'économie à Grenoble Ecole de Management. - Pierre Jayet /Agence Prisme

Grenoble, France

Michel Albouy , professeur d'économie à GEM, l'école de commerce de Grenoble a trouvé les deux candidats " assez d'accord" sur la plupart des sujets abordés, en notant que François Fillon se montre plus "radical" quand Alain Juppé propose de faire plutôt "à moitié". Exemple sur le nombre de postes de fonctionnaires qu'ils veulent supprimer (500 000 pour François Fillon, 250 000 pour Alain Juppé).

Michel Albouy, professeur d'économie à Grenoble Ecole de Management a regardé le dernier débat de la primaire pour France Bleu Isère

Entre François Fillon et Alain Juppé, on est dans la nuance

Les intentions peuvent être les mêmes mais les méthodes proposées sont différentes, analyse Michel Albouy.

Quand Alain Juppé dit qu'il n'est pas "possible" de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires, l'enseignant grenoblois répond que c'est possible en comptant les 3 fonctions publiques (Etat, collectivités territoriales et secteur hospitalier)et en étalant les suppressions sur 5 ans. "C'est possible, mais ça va être difficile à faire", estime-t-il. Comme les 39 heures travaillées et payées 37 pour les fonctionnaires que propose aussi François Fillon.

Cette faible baisse du chômage peut permettre à François Hollande d'être candidat, parce qu'il frétille d'envie de se présenter !

A propos de la deuxième baisse consécutive du chômage en octobre en France (-0.3%), pour Michel Albouy, "l'inversion de la courbe est suffisante pour justifier la candidature de François Hollande." Le président de la République doit préciser ses intentions dans quelques jours. Il a toujours conditionné cette candidature à la baisse durable du chômage.

L''enseignant de GEM ne s'avance pas sur le caractère durable de cette baisse qui reste pour l'instant faible, avec encore 3480000 chômeurs. Mais pour lui, elle va donner des ailes au Président de la République qui "frétille d'envie de se présenter".