Politique

L'Orléanais Jean Zay entrera au Panthéon le 27 mai 2015

Par Géraldine Marcon et Anne Oger, France Bleu Orléans vendredi 21 février 2014 à 16:50

Frnaçois Hollande lors de la cérémonie d'hommage à la Résistance au mont Valérien
Frnaçois Hollande lors de la cérémonie d'hommage à la Résistance au mont Valérien © Christophe Petit-Maxppp

François Hollande a officialisé le transfert des cendres de l'ancien ministre de l'Éducation nationale au Panthéon. Il sera honoré le 27 mai 2015 avec trois autres figures de la Résistance : Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Pierre Brossolette. Le président de la République leur a rendu hommage ce vendredi au mont Valérien.

Jean Zay fera donc son entrée au Panthéon le 27 mai 2015, avec trois autres figures de la résistance, Germaine Tillion, Geneviève De Gaulle-Anthonioz, et Pierre Brossolette . Le président de la République a annoncé ce vendredi le transfert de leurs cendres, lors d'un long hommage aux héros de la résistance au mont Valérien . C’est là, il y a exactement 70 ans, que 22 membres du groupe Manouchian ont été fusillés par les nazis. François Hollande a salué chacun de ces résistants choisis pour entrer au Panthéon, soulignant pour Jean Zay son action fondatrice dans le domaine de l’éducation.

Hollande sur Jean Zay au Panthéon

Ministre et résistant, il est assassiné en 1944 dans l'Allier

Jean Zay c'est d'abord un jeune député du parti radical que Léon Blum choisit comme ministre quand il forme son gouvernement du Front populaire en 1936. Ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-arts , il impose la scolarisation obligatoire jusqu’à 14 ans et défend la laïcité. Il est aussi à l'origine du festival de Cannes en 1939. Jean Zay c'est ensuite un patriote qui part au front puis, à la capitulation, embarque sur le Massilia avec d'autres parlementaires pour assurer la continuité de la République. C'est là qu'il est arrêté, accusé de désertion face à l'ennemi, condamné, puis emprisonné à Riom . Il passe quatre ans dans les geôles du régime de Vichy, il en est extrait en juin 1944 pour être assassiné sur un petit chemin de l'Allier, son corps est jeté dans un ravin.

Après la guerre, son épouse et ses filles se sont battues pour faire reconnaître la responsabilité du régime de Vichy dans ce meurtre , pour faire revivre ensuite la mémoire de Jean Zay, souvent oublié dans les manuels d'histoire. A Orléans, elles ont rassemblé de nombreuses personnalités autour de la mémoire de l'ancien ministre qui militaient depuis de longues années pour son entrée au Panthéon. Cette annonce, c'est donc une reconnaissance qui bouleverse Catherine Martin-Zay, sa fille.

Catherine Martin-Zay \"mon père au Panthéon\"

 

Partager sur :