Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

L'ours des Pyrénées poussera-t-il Nicolas Hulot à la démission ?

mardi 31 juillet 2018 à 18:56 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire a rencontré les parlementaires concerné mardi midi. Il les a averti que la décision qu'il prendra sur l'ours sera "lourde de conséquences"

Les opposants à la réintriduction de l'ours sont majoritaires dans le département
Les opposants à la réintriduction de l'ours sont majoritaires dans le département © Maxppp -

Pyrénées, Paris, France

Les parlementaires des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées étaient invités mardi 30 juillet à la table de Nicolas Hulot. Le ministre de la Transition Écologique et Solidaire, Nicolas Hulot, souhaitait échanger sur le sujet épineux de la réintroduction de deux ourses slovènes, programmées à l'automne en Béarn.

Difficile d'aller faire la leçon

"La France est tenue par ses engagements" a rappelé Nicolas Hulot, selon des propos rapportés par la sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, Frédérique Espagnac, qui a assisté au déjeuner. Il a aussi ajouté qu'il est difficile d'aller faire la leçon aux américains sur le climat si la France ne respecte pas elle-même sa signature. Mais il a aussi entendu longuement les élus basques, bigourdans et béarnais. Un esprit d'écoute salué par la sénatrice socialiste Frédérique Espagnac.

Les sénateurs et députés ont voulu se "faire les porte-voix du malaise, du ras-le-bol, de la colère qui est entrain de monter, de la désespérance humaine" et l'expression a été unanimes, majorité et opposition. "Il va au-devant d'un certain nombre de risques. Il est lucide: le consensus n'est pas possible". "Il nous a avisé que : je vois la détresse humaine, mais ce sera ma décision et elle aura de lourdes conséquences dans tous les cas de figure". 

Les "lourdes conséquences" dont parle l'élue pourraient aller jusqu'à une démission du ministre, confirment certains participants, qui précisent que si le mot "démission" a été prononcé, ça n'a pas été une menace, ni le sujet central de la réunion.