Politique

L'UMP lance un audit financier interne

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 11 juin 2014 à 10:10

Luc Chatel, nouveau secrétaire général de l'UMP
Luc Chatel, nouveau secrétaire général de l'UMP © MaxPPP

Opération transparence à l'UMP. Confirmée mardi soir, la direction par intérim a annoncé dès mercredi matin le lancement d'un audit financier interne, suite à l'affaire Bygmalion. Luc Chatel, nouveau secrétaire général, veut aussi faire le point sur l'organisation du parti.

"Faire toute la lumière sur les scandales financiers qui touchent l'UMP" : c'est le premier objectif affiché mercredi par la nouvelle direction (par intérim) du parti, sur fond d'affaire Bygmalion. Pour cela, un audit financier interne va être lancé, comme l'ont annoncé François Fillon et Luc Chatel.

Transparence à tous les étages

Luc Chatel, nouveau secrétaire général de l'UMP, a détaillé sur France Info les mesures destinées à redorer l'image du parti. "L'affaire Bygmalion a scandalisé et scandalise à juste titre les Français . Et nous même dirigeants du parti qui avons le sentiment d'avoir été floués. Donc nous allons prendre avec François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé des décisions qui tournent le dos à ces pratiques. Et notamment en organisant un audit des comptes et un audit du fonctionnement interne du parti. Nous allons le lancer à partir de lundi en travaillant sur l'organisation interne du parti".

Luc Chatel veut donc remettre à plat les comptes, l'organigramme, et également organiser pour octobre prochain "un congrès au dessus de tout soupçon" pour élire le futur président de l'UMP.

"Un renouveau complet"

Pour Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP depuis mercredi matin, le parti doit repartir de zéro. "Je serai candidat pour porter le renouveau que je défends depuis plus de deux ans, un renouveau complet qui est nécessaire à ma famille politique" , a-t-il assuré sur BFMTV. "Ma candidature est collective pas individuelle. Je veux être un chef qui rassemble et qui écoute. Il faut redonner la parole aux militants". Ce sont selon le député de l'Eure ces militants qui doivent décider d'un éventuel changement de nom déjà prôné par certains à l'UMP. Pour Bruno Le Maire, la priorité est d'assainir les finances. "J'ai donné 2.000 euros à l'UMP lors de la crise. Je veux savoir ce qu'est devenu mon argent" .

Partager sur :