Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Union des étudiants juifs de France milite contre Louis Aliot à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

L'Union des étudiants juifs de France lutte contre les municipalités dirigées par des élus du Rassemblement national. De passage à Perpignan pour son université d'été ce jeudi, l'association militante souhaite créer un comité de vigilance pour combattre Louis Aliot.

Louis Aliot, le nouveau maire de Perpignan, a été le vice-président du RN et le compagnon de Marine Le Pen.
Louis Aliot, le nouveau maire de Perpignan, a été le vice-président du RN et le compagnon de Marine Le Pen. © Maxppp - Michel Clementz

"Si Louis Aliot était si intransigeant avec l’antisémitisme... Alors il aurait du quitté le Rassemblement national depuis très longtemps." Il n'y a pas l'ombre d'un doute pour Jonathan Hayoun, l'un des auteurs de La main du diable.

Dans ce livre d'enquête, co-écrit avec la psychanalyste Judith Cohen Solal et publié aux éditions Grasset, l'ex-président de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) analyse la relation entre l'extrême droite et les communautés juives françaises. Leur théorie est simple : " À chaque fois qu'un membre du RN arrive au pouvoir, il tend la main aux institutions juives sur place. C'est très important pour eux de se démarquer de l'image antisémite qui colle à ce parti". 

Une théorie également soutenue par la présidente actuelle de l'UEJF. De passage à Perpignan, ces jeudi et vendredi pour son université d'été, Noémie Madar souhaite mobiliser les Perpignanais contre leur nouveau maire. C'est donc au Mas des Arcades, lors d'une conférence organisée autour des auteurs de La main du diable, qu'elle a décidé de recruter.

Comme dans d'autres villes désormais dirigées par le RN, telles que  Fréjus (Var) ou Cogolin (Var), l'objectif est de créer un comité de vigilance local. Composé de citoyens non encartés, il permettrait d'éviter "que Louis Aliot soit réélu ou qu'il fasse n'importe quoi durant ses six années" explique-t-elle. 

Les associations juives locales ne sont pas impliquées 

Pour l'instant, ce comité de vigilance n'est qu'une idée. Personne n'a été désigné pour organiser sa création et les institutions juives locales ne sont pas impliquées. Pour la représentante du Crif en Occitanie, Corine Serfati, il est encore un peu tôt pour se positionner contre Louis Aliot. "L'élection vient juste d'avoir lieu, on se doit d'être positif. Pour le moment, nous allons voir et nous serons vigilant si les choses le justifient" avance-t-elle prudemment. 

Une réaction logique, selon Judith Cohen Solal, l'autre auteur de la Main du diable. " Il y a des sujets sensibles, comme la préservation des carrés juifs dans les cimetières, qui sont au bon vouloir du maire. Il est donc très important [pour les communautés juives locales, ndlr], de maintenir, dans tous les cas, des relations qui n'amèneraient pas à une interdiction". 

Dans le public de la conférence ce soir là, un Perpignanais semble loin d'être emballé par l'idée d'un comité de vigilance local. Selon lui, "ce serait exagéré. Il y a la loi pour ça". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess