Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"L'urgence" économique et écologique, priorité des communistes pour Fabien Roussel

-
Par , France Bleu Nord

Le Parti Communiste tenait ce week-end son Université d'été à Aix-en-Provence. Le parti dirigé par Fabien Roussel, député de la 20ème circonscription du Nord, veut mettre en avant dans son combat politique l'humain et la préservation de sa planète. En ayant en tête les municipales de mars 2020.

Fabien Roussel pendant son discours de clôture à l'Université d'été du PCF
Fabien Roussel pendant son discours de clôture à l'Université d'été du PCF © Maxppp - PHOTOPQR/LA PROVENCE

Secrétaire National du PCF depuis novembre 2018, député de la vingtième circonscription du Nord depuis juin 2017, succédant à Alain Bocquet, Fabien Roussel à répondu aux questions de France Bleu Nord, après l'Université d'été de son parti à Aix en Provence.

Ce week-end le Parti Communiste faisait sa rentrée politique. On a souvent des résolutions pour la rentrée, qu’elles sont celles des communistes ? 

Nous avons décidé d'attaquer notre rentrée avec l'idée qu'il y a urgence. Urgence à sortir du capitalisme, urgence pour le climat, urgence pour les Français de vivre mieux en termes de pouvoir d'achat et d'emploi, urgence pour la paix parce qu'on l'a vu ces dernières semaines, la paix est menacée. L'arme atomique est remise à l'ordre du jour par les grandes puissances. Donc toutes ces questions-là nous préoccupent beaucoup. Il y a donc urgence à sortir de ce système économique à bout de souffle, qui exploite les hommes et la planète. 

Le G7 de Biarritz se termine aujourd'hui. Emmanuel Macron avait annoncé que ça serait un G7 en partie tourné vers l'environnement. Est-ce que pour vous il est crédible ? 

Emmanuel Macron sera crédible sur la question de l'environnement et du Mercosur (traité de libre-échange entre l’Union Européenne et les pays d’Amérique Latine) quand il aura décidé de ne pas ratifier le CETA (Traité de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada). Parce que c'est hypocrite de dire que dans les conditions actuelles on ne signera pas le Mercosur, simplement parce qu'il vient de découvrir il y a deux jours que Bolsonaro (Président du Brésil) est un menteur. Comme s'il venait de découvrir que la forêt amazonienne ne brûle que depuis deux jours. Depuis l'élection de Bolsonaro les incendies de la forêt amazonienne ont augmenté de 80 %. Le président de la République brésilienne a dit que la forêt amazonienne qu'elle pouvait disparaître. Alors le Mercosur, il ne faut pas le signer et le CETA il ne faut pas le signer. Il a été ratifié à l’Assemblée Nationale par les députés En Marche mais à l'automne, les sénateurs communistes ne le voteront pas et nous espérons que tous les sénateurs le rejetteront. Donc le combat contre le CETA continue et si le président de la République française veut être crédible, qu’il ne ratifie pas le CETA.

L'humain d'abord, et la planète d'abord

Vous parlez du CETA, pourquoi les communistes y sont opposés ?

Nous y sommes opposés avec d'autres forces politiques, notamment les forces de Gauche et d'autres députés, même certains de droite qui ne se retrouvent pas dans cet accord de libre-échange, tout simplement parce que nous faisons venir dans l'Union européenne et en France des produits qui viennent de l'autre bout du monde. Donc en terme de transport on ne peut pas dire que c'est bon pour le climat alors que tout le monde s'en préoccupe aujourd'hui, à juste titre. Mais en plus de ça, les produits que nous apportons du Canada sont des produits issus de l'agriculture intensive et des produits qui ne sont pas réalisés avec les mêmes normes sanitaires qui sont imposées actuellement à nos agriculteurs. Donc il y a une concurrence déloyale qui va s’appliquer en Europe et en France pour nos agriculteurs. 

Vous parlez beaucoup d'écologie. Est-ce que les communistes finalement sont devenus eux aussi écologistes ? 

Nous avons toujours mis en avant l'être humain. L'humain d'abord et la planète d'abord. Ces deux mots vont ensemble. Nous sommes contre toutes les formes d'exploitation, de domination et nous regrettons que ce système financier aujourd'hui exploite autant les êtres humains et la planète. C'est bien pour ça qu'il faut sortir de ce système. Donc notre combat contre le capitalisme vise autant à l'émancipation humaine que de pouvoir demain réserver à nos enfants un avenur sur une planète qui ne serait pas polluée.

Nous voulons construire des listes citoyennes pour les municipales

En mars 2020 auront lieu les élections municipales. Dans le Nord et dans le Pas-de-Calais quelle est la stratégie que va adopter le Parti communiste et quels sont les objectifs que vous allez avoir pour cette élection ?

Tout d'abord c’est de redonner des moyens à nos communes. Nous disons que les communes sont l’échelon le plus approprié pour répondre aux besoins de nos concitoyens. C'est l'échelon communal où la démocratie est la plus sincère, la plus véritable. Donc nous voulons construire avec les habitants de chaque commune les projets qui répondront aux besoins des habitants de ces communes. Nous voulons construire avec eux des listes citoyennes. Des listes dans lesquels chacun pourra se sentir à l'aise sans forcément faire des discussions d’étiquettes, d’appareils politiques. Comme je le dis souvent, dans les 36000 communes de France il y en a 35000 de moins de 5000 habitants. Dans toutes ces communes, ce ne sont pas des jeux d'appareils politique qui comptent mais surtout les projets que nous allons porter avec les habitants.

Vous redoutez à nouveau une percée du Rassemblement National pour cette élection ? 

Ce que je vois du Rassemblement National c'est que ses députés, en tout cas dans notre région, font de l'élection municipale un enjeu politique pour eux, pour leur parti. Je vois ces députés qui sillonnent les villages de notre région en poussant à des listes du Rassemblement National dans des villages où ce n'est pas du tout cela que les gens ont en tête. Il y a des maires qui sont bien souvent sans étiquette politique et ils voient débarquer des listes Rassemblement National avec des militants du Rassemblement National qui parle d’enjeux nationaux alors que ce n’est pas ça l'élection municipale. L’élection municipale est une élection locale. Il faut d'abord parler d’enjeux locaux, de ce qui se passe dans chaque ville, dans chaque village et le Rassemblement National en fait une élection de politique nationale, je le regrette profondément. 

Nous souhaitons que Lille reste à gauche

Qu’est ce que vous allez faire à Lille ? Est-ce que vous allez présenter une liste indépendante ou bien est-ce que vous allez vous associer avec une autre liste, comme celle de la France Insoumise ? 

Tout d'abord c'est aux communistes lillois de décider des choix qu'ils feront. Ce que nous disons aujourd'hui, c'est qu’il nous faut travailler d'abord sur le projet pour Lille et les idées que nous voulons faire gagner dans la future majorité. Nous souhaitons que Lille reste à gauche et pour cela nous créerons toutes les conditions pour que Lille reste à gauche. Parce que l’enjeu c’est quand même celui-là. Dans toutes les grandes villes de France où là les enjeux politiques sont plus lourds que dans les villages. Donc dans toutes les grandes villes de France les communistes feront tout pour que la gauche l'emporte et que les grandes idées de gauche soient mises en œuvre.

Tout faire pour que la gauche l'emporte quitte à soutenir Martine Aubry ?

C'est aux communistes lillois de le décider et ils sont aujourd'hui en train de discuter, de rencontrer Martine Aubry et les autres forces de gauche. Mais ce n’est pas moi qui vous en parlerai ici.

Réecoutez en intégralité l'interview de Fabien Roussel, Secrétaire National du PCF

Choix de la station

France Bleu