Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La bataille des sénatoriales s'annonce serrée dans la Loire

samedi 22 juillet 2017 à 20:10 Par Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans la Loire, les grandes tendances politiques vont une nouvelle fois se présenter aux sénatoriales en ordre dispersé, pour tenter de ravir les quatre sièges en lice le 24 septembre.

Séance de questions au gouvernement au Sénat
Séance de questions au gouvernement au Sénat © Maxppp - Nicolas Kovarik / IP3

Saint-Étienne, France

La bataille des sénatoriales dans la Loire s'annonce incertaine. À gauche d'abord, il y a la liste de Cécile Cukierman : plutôt orientée Front de gauche, elle présente la particularité de comporter deux sénatrices sortantes sur les cinq candidats. Il s'agit de Cécile Cukierman et d'Évelyne Rivollier, qui avait remplacé Jean-Claude Frécon à son décès.

la liste autour des deux sénatrices sortantes  - Radio France
la liste autour des deux sénatrices sortantes © Radio France - yves renaud

Cécile Cukierman, sénatrice sortante de la Loire

À gauche encore, le maire de Saint-Marcel-de-Félines Jean-Claude Tissot se lance également dans la bataille du Sénat avec une liste dont l’étiquette semble plus proche du PS .

Division des voix assurée à droite

À droite, le paysage n'est pas plus simple : le président du département, Bernard Bonne (affilié aux Républicains) a annoncé son intention de briguer un mandat. Mais il risque de trouver sur sa route le sénateur sortant, le Républicain Bernard Fournier. Un troisième homme pourrait venir se rajouter à la course, sous les couleurs de la République en marche : Alain Berthéas, le président de la communauté de communes Loire-Forez, mais également président départemental du parti radical, affilié à l'UDI.

Vote obligatoire pour les sénatoriales

L'élection sénatoriale va permettre de renouveler la moitié des 346 sénateurs de France. L'autre moitié sera élue dans trois ans, si d'ici là le gouvernement n'a pas réduit, comme il le prévoit, le nombre total de sénateurs d'un tiers.

Les sénateurs sont élus pour un mandat de six ans, par ceux que l'on appelle les "grands électeurs" : députés, conseillers régionaux par département, conseillers départementaux, ou encore délégués des conseils municipaux, qui représentent 95% des votants.

Les sénatoriales possèdent une particularité : c'est la seule élection nationale où le vote est obligatoire, avec une amende à la clef en cas de défection.

Mode de scrutin selon le nombre de sièges

  • Dans les départements qui élisent quatre sénateurs (par exemple la Loire) :

Le scrutin proportionnel s'applique. L'élection a lieu au scrutin de liste à un seul tour avec obligation de parité. Les sièges sont attribués en fonction de l'ordre de présentation des candidats sur chaque liste. Chaque liste présente également des suppléants.

  • Dans les départements qui élisent trois sénateurs ou moins (comme la Haute-Loire) :

L'élection se déroule au scrutin majoritaire à deux tours. Les candidatures peuvent être isolées. Les listes ne sont pas bloquées : l'électeur peut rayer les noms, en ajouter d'autres, voire appliquer un panachage entre plusieurs listes. À l'issue du scrutin, le décompte des suffrages se fait nom par nom.

Pour ces sénatoriales, la date limite de dépôt des candidatures est fixée au 16 septembre à 18 heures. L'élection se tiendra le 24 septembre.