Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La campagne présidentielle vue par les étudiants étrangers de Sciences-Po à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne
Dijon, France

La campagne présidentielle a été très suivie par les étudiants étrangers de Sciences-Po à Dijon. L'école a même organisé une fausse élection à quelques jours du premier tour. Mais pour les étudiants, c'est surtout l'occasion de comparer avec la manière dont les élections se passent dans leur pays.

L'école a organisé une fausse élection présidentielle quelques jours avant le premier tour
L'école a organisé une fausse élection présidentielle quelques jours avant le premier tour © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Des étudiants étrangers s'intéressent de près à la campagne présidentielle en France. Ce sont les étudiants de Sciences-Po à Dijon. Vendredi avant le premier tour, ils ont même pu participer à une fausse élection présidentielle, organisée par l'école. Mais au-delà du choix du candidat, les étudiants en profitent surtout pour comparer comment se passe la campagne en France et comment elle se passe dans leur pays d'origine.

En France, c'est presque mal vu de dire qu'on ne s'intéresse pas à la politique

Rachel York est américaine, elle vient de Chicago. Elle a déjà vécu une campagne en automne, et l'élection de Donald Trump. La voilà repartie pour en suivre une deuxième, ici en France. La grosse différence c'est bien sûr le mode de scrutin. Mais c'est aussi " l'attitude des gens face à la politique ", raconte Rachel. " Aux Etats-Unis, c'est assez impoli de parler de politique avec n'importe qui, mais en France même si on ne se connait pas très bien, on va vite demander ce que tu penses de ci, ou de ça ... Aux Etats-Unis, on peut répondre qu'on n'y connait rien, et la discussion s'arrête là, mais en France, c'est presque mal vu de dire qu'on ne s'intéresse pas à la politique. "

En Turquie, le vote est lié à l'identité, en France rien n'est statique

En Turquie, la politique est très présente dans les discussions. C'est en tout cas l'avis de Salih Işık Bora, qui vit en France depuis deux ans : " je dirais qu'on parle plus de politique en Turquie qu'en France, mais on en parle mal. Les partis n'ont presque pas de programme, tout est lié à l'identité, ethnique ou religieuse. Alors qu'en France, un électeur peut changer plusieurs fois de bord au cours de sa vie, rien n'est statique. "

Venant d'un pays qui a le droit de vote depuis pas si longtemps, j'ai parfois l'impression que les Français ne comprennent pas l'enjeu

Pour les étudiants qui viennent d'un pays où l'offre politique est restreinte, c'est le large spectre du premier tour qui les a marqué. " Toutes les tendances étaient représentées, je ne pensais même pas qu'il pouvait y avoir autant de tendances à gauche " note Klara Orlowska, une polonaise de 19 ans qui a vécu en Italie et en France. Elle avoue ne pas comprendre le fort taux d'abstention au premier tour : " venant d'un pays qui n'a le droit de vote que depuis 25 ans, parfois j'avais l'impression que les Français ne comprenaient pas l'enjeu de ce vote. Je vois bien le sentiment de " à quoi bon, de toute manière ce n'est pas une voix qui va changer le cours des choses", mais c'est vrai que ça fait un décalage. " Klara n'a pas encore pu voter dans son pays, parce qu'elle n'a que 19 ans et que les dernières élections remontent à 2015, alors elle reconnaît en souriant être " un peu jalouse " de tous ses copains qui ont pu voter dimanche dernier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess