Politique

La CGPME ne veut pas de primes mais une baisse des charges

Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 19 janvier 2016 à 11:57

Louis Deroin, président de la CGPME 90
Louis Deroin, président de la CGPME 90 © Radio France - Thierry Campredon

Au lendemain des annonces de François Hollande en faveur de la lutte contre le chômage, la CGPME du Territoire de Belfort est très critique. Son président Louis Deroin estime que les mesures annoncées ne vont pas créer d’emplois

Pour relancer l’emploi, François Hollande a donc de décider de donner un nouveau coup de pouce aux entreprises. Ainsi, les sociétés de moins de 250 salariés recevront une prime immédiate de deux mille euros par an pour toute embauche en CDI ou en CDD de plus de six mois, jusqu’à un niveau de rémunération de 1,3 fois le Smic. Une annonce qui pour autant ne répond pas aux attentes de la CGPME : _"ce qu’on attend ce ne sont pas des primes mais des baisses de charges pérennes et pas une énième prime qui est encore une mesuretteregrette Louis Deroin, le président de la Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises du Territoire de Belfort. "Si j’ai besoin d’embaucher je vais bien sur les prendre ces deux mille euros mais je ne vais pas embaucher exprès si j'en n'ai pas l'utilité" précise Louis Deroin : "c’est comme quelqu’un qui demain veut acheter sa maison, si il en a les moyens il va le faire, mais ce n’est pas parce qu’on va lui faire cadeau de la première mensualité qu’il va investir pour quinze ans"._

« La formation des chômeurs oui, mais après ? »

L'autre point fort des annonces de François Hollande concerne l'apprentissage, ainsi l'Etat va débloquer un milliard d'euros pour la formation de 500 mille chômeurs. Là encore Louis Deroin est sceptique : "j’approuve les mesure en faveur de l’apprentissage car on est vraiment en retard sur ce sujet car au-delà des mesures c’est une revalorisation de l’image de l’apprentissage qui est essentielle et nos entreprises sont demandeuses de ce profil de formation" se réjouit le président de la CGPME, en revanche, concernant les 500 mille formations à venir Louis Deroin s’interroge : "quid de la mise en œuvre et quelles types de formation, est-ce qu’on ne va pas mettre des gens en formation pour les remettre au chômage plus tard? On aura beau former des gens, si il n’a pas de travail derrière ça ne sert à rien".

« La situation des entreprises n’a jamais été aussi difficile aujourd’hui »

Mais toutes ces mesures ont bien sur un coût : environ deux milliard d’euros et si on ajoute les 41 milliards d'euros d'aides aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité, jamais un gouvernement n’a autant aidé les entreprises, ce que reconnaît volontiers Louis Deroin car la situation l’exige : "la situation des entreprises aujourd’hui n’a jamais été aussi difficile, les fermetures d’entreprises et les licenciements le démontrent, mais encore faut-il que l’argent que débloque le gouvernement soit utilisé de manière efficace et sur le long terme" conclu le président de la CGPME du Territoire de Belfort.

Louis Deroin président de la CGPME 90

Partager sur :