Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La comcom Monts et Vallées Ouest Creuse, c'est fini

-
Par , France Bleu Creuse

Le tribunal administratif de Limoges annule l'arrêté qui a permis en 2016 la création de la communauté de communes Monts et Vallées Ouest Creuse après le recours déposé par Dun-le-Palestel. La comcom formée avec La Souterraine et Benévent-Grand-Bourg n'existera plus à partir du 1er janvier 2020.

Capture d'écran du site web de la comcom Monts et Vallées Ouest Creuse
Capture d'écran du site web de la comcom Monts et Vallées Ouest Creuse © Radio France - Sarah Vildeuil

Le divorce est acté au sein de la communauté de communes Monts et Vallées Ouest Creuse. Ce vendredi 12 juillet, le tribunal administratif de Limoges a annulé l'arrêté du 2 novembre 2016 qui avait permis la fusion des comcoms de La Souterraine, de Dun-le-Palestel et de Bénévent-Grand-Bourg. Le 4 juillet 2019, le tribunal avait déjà rendu un avis favorable au recours déposé par Dun-le-Palestel. La scission est désormais prévue pour le 1er janvier 2020. C'est une première en Creuse, et même en France, car il y avait déjà eu des scissions d'intercommunalités mais pas trois ans après.

"Du gâchis"

Il faut donc tout déconstruire après presque trois ans de travail. "C'est un gros saut dans l'inconnu, les yeux bandés, car on ne sait pas comment ça va se passer, reconnaît Etienne Lejeune, l'actuel président de la comcom Monts et Vallées Ouest Creuse. Sans commenter la décision de justice, qui ne m'appartient pas, je me dis tout d'abord quel gâchis, trois ans après revenir en arrière comme ça, cela veut dire qu'on a passé beaucoup de temps, notamment le personnel, dépensé beaucoup d'argent dans cette fusion et il va falloir remettre de l'argent sur la table pour la scission." 

Etienne Lejeune s'interroge sur l'avenir de ces trois collectivités, Pays Sostranien, Pays Dunois et Bénévent-Grand-Bourg. "Que va-t-il advenir des projets ? On ne sait pas."

"Aujourd'hui, toute la question c'est de réussir à se remettre autour de la table pour essayer de faire sorte que cette scission se passe le mieux possible, pour le personnel, les habitants, pour le territoire et faire en sorte que les projets lancés voient le jour malgré tout."- Etienne Lejeune, président de la comcom Monts et Vallées Ouest Creuse

Du côté de Bénévent-Grand-Bourg, André Mavigner, le maire de Bénévent et actuel vice-président de la comcom Monts et Vallées Ouest-Creuse ne s'attendait pas à cette décision. "Je pense que la loi avait été respectée, en tout point. Pour moi, l'union faisait la force, assure André Mavigner,  ce territoire avait une certaine légitimité, un certain équilibre au niveau touristique, un équilibre ville-campagne. A mon avis, cette décision a oublié de tenir compte des intérêts des personnels, et je crois qu'elle ne tient pas compte non plus des conséquences financières qu'elle pourra avoir." Pour autant, le maire de Bénévent-L'abbaye n'imagine pas un nouveau mariage avec La Souterraine.  "Avec la comcom on avait un équilibre ville-campagne, c'est important d'avoir des équilibres politiques. Aujourd'hui, cet équilibre est rompu."

"Une décision de justice"

Le maire de Dun-le-Palestel, Laurent Daulny, vice-président de la comcom Monts-et-Vallées Ouest Creuse et ancien président de l'intercommunalité du Pays Dunois à l'origine du recours judiciaire est lui très satisfait. "C'est tout simplement une décision de justice. Cela montre que la justice est là pour revenir sur des décisions politiques qui ont été prises à la hâte, dans la précipitation." 

L'Etat pourrait faire appel mais ce ne sera sûrement pas le cas. Une réunion de travail est prévue ce vendredi notamment avec la préfète de la Creuse et les trois anciens présidents des intercommunalités.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu