Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La Corse sera bien inscrite dans la Constitution "mais..."

mercredi 4 avril 2018 à 19:36 Par Marion Galland, France Bleu RCFM

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé ce mercredi les grandes lignes du projet de réforme constitutionnelle. Il a confirmé que la Corse aura sa place dans la Constitution "mais sous le contrôle du Parlement".

Edouard Philippe a présenté les grandes lignes du projet de réforme constitutionnelle
Edouard Philippe a présenté les grandes lignes du projet de réforme constitutionnelle © Maxppp - Maxppp

Corse, France

« Conformément aux engagements du Président de la République, _la Corse trouvera sa place dans la Constitution_, ce qui permettra d’adapter les lois de la République aux spécificités insulaires, mais sous le contrôle du Parlement.  »

Edouard Philippe: "la Corse trouvera sa place dans la Constitution"

C’est par ces quelques mots très succins qu’Édouard Philippe a donc confirmé ce mercredi que la Corse ferait bien son entrée dans la Constitution. Si Jean-Martin Mondoloni, président du groupe Per l’avvene à l’assemblée de Corse, salue un moment historique, ce n’est pas le cas des élus nationalistes. 

Le petit « mais » du Premier ministre confirme qu’il ne sera absolument pas question d’autonomie. Pour Jean-Guy Talamoni il s’agit d’un «déni de démocratie ». 

Jean-Guy Talamoni : "Il n'y a pas de démocratie pour la Corse"

« Le message de Paris est clair» déplore le président de l’assemblée de Corse. « _Il n’y a pas de démocratie pour la Corse_, vous pouvez voter comme vous voulez et nous nous continuerons à faire comme nous voulons ! C’est exactement le message délivré aujourd’hui par le gouvernement. C’est inacceptable et nous ne pouvons pas l’admettre ». 

Gilles Simeoni de son côté estime que si rien ne change, cela reviendrait à mettre les décisions de l’assemblée de Corse sous la tutelle du Parlement. 

Gilles Simeoni; "sous la tutelle du Parlement"