Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La crise du covid "aura coûté l'équivalent de l'extension d'une ligne de tram" à la Métropole de Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole, maire de St-Aubin-de-Médoc (réélu le 15 mars), est optimiste pour le second tour des municipales. Il voit les Juppéistes conserver la majorité, pour mener à bien les projets engagés dans un contexte financier post-Covid difficile.

Christophe Duprat a été réélu dès le premier tour à St Aubin de Médoc
Christophe Duprat a été réélu dès le premier tour à St Aubin de Médoc © Radio France - Stéphanie Brossard

J-3 pour le second tour des élections municipales. 3 mois et demi après le premier tour, les maires de 57 communes de Gironde restent à désigner. Mais il y a également un autre enjeu, c'est Bordeaux Métropole. Les Juppéistes y détiennent la majorité depuis 6 ans. Christophe Duprat, vice-président de la métropole en charge des transports et maire réélu de St-Aubin-de-Médoc (réélu dès le 1er tour), compte bien conserver cette majorité.

France Bleu Gironde : Êtes-vous confiant pour le groupe Communauté d'Avenir pour garder la majorité à la Métropole de Bordeaux ?

Christophe Duprat : Oui je suis confiant parce qu'au premier tour, beaucoup de maires sont passés. Et pour ceux qui se retrouvent au second tour, ils sont pluôt en position de gagner donc on devrait retrouver une majorité à Bordeaux Métropole.

Il y a tout de même encore des incertitudes à Bordeaux, Pessac, ou St Médard-en-Jalles, des villes importantes ?

Dans tout combat, il y a une incertitude bien évidemment. Mais je pense qu'on a des maires sortants qui ont plutôt bien fait leur travail et je pense que les électeurs diront qu'ils ont bien géré la crise de coronavirus, et depuis six ans, et qu'ils vont à nouveau leur faire confiance pour la suite.

La surprise du second tour, c'est Nicolas Florian qui annonce qu'il ne briguera pas la présidence de la Métropole. Est-ce que ça vous surprend ?

Oui ça m'a surpris. Dans un concept, je dirais normal, la ville centre préside généralement l'intercommunalité. Mais il l'a annoncé avant donc il n'a pas pris les gens en traîtres. Donc on examinera les autres possibilités dès lundi 29 juin.

La crise du Covid coûte cher, va coûter cher, à la Métropole ?

Oui il a fallu soutenir l'économie notamment, et ça va continuer. La crise nous aura coûté l'équivalent de l'extension d'une ligne de tramway pour vous donner l'ampleur de ce que ça peut représenter. 

Ce qui signifie qu'il y aura des coupes sombres dans le programme porté par Communauté d'Avenir à la Métropole ?

Il y a plusieurs solutions : l'étalement, les priorités à définir et la possibilité de renoncer à certains projets s'ils ne sont pas prêts, pas mûrs ou pas solides juridiquement. Mais Bordeaux Métropole devra continuer à investir et à être un grand donneur d'ordres de notre région. Les entreprises nous attendent et en ont besoin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu