Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La crise de la Covid coûtera au moins 7 millions au département de l'Indre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Entre la baisse conséquente des recettes et la hausse considérable des dépenses, le département de l'Indre estime qu'en 2020, la crise de la Covid-19 lui aura coûté a minima 7 millions d'euros.

Serge Descout, président du Département de l'Indre
Serge Descout, président du Département de l'Indre © Radio France - Gaëlle Fontenit

Dans son bureau, Serge Descout désigne du doigt la courbe inquiétante d'un graphique : "Regardez, ce sont les bénéficiaires du RSA dans l'Indre... On en est à plus de 5.000 familles ! C'est considérable. La hausse est énorme !

Le président du Département de l'Indre est inquiet. Il craint que la situation ne dure et que certaines familles se trouvent enfermées dans le cercle vicieux de la précarité. 

4 millions d'euros de dépenses

"Rien que pour le RSA, c'est une hausse de la dépense de près de 2 millions d'euros pour le département de l'Indre. Ajoutez à cela le coût des masques que nous avons fourni (et nous continuons d'en commander), l'installation de lavabos dans les collèges pour faire respecter les règles d'hygiène et le versement de primes aux assistants familiaux ou aux aides à domicile...cela représente plus de 4 millions d'euros de dépenses en plus" compte Serge Descout. 

Face à cette colonne de chiffres, une autre, tout aussi inquiétante : les recettes du Département. "Entre la baisse sur plusieurs mois maintenant, des droits de mutation et celle de la taxe sur la valeur ajoutée des entreprises, nous avons une baisse des recettes de plus de 3 millions d'euros..."

Pour aider les entreprises à repartir suite au confinement, le Département a mis sur pied un plan de relance de près de 3 millions d'euros. "Il s'agit surtout d'anticiper sur des travaux publics pour aider le BTP" précise le président du Département. A ce plan s'ajoutent les dépenses liées à l'opération de soutien du tourisme dans l'Indre cet été. "Là aussi, c'est de l'argent qui ne sort pas du département, il est dépensé localement..." décrypte Serge Descout qui insiste : malgré le contexte, l'Indre continue à soutenir les associations et maintiendra toutes les subventions promises même si les événements n'ont pas eu lieu, sur présentation des factures de frais avancés.

"Heureusement que nous n'étions pas endettés"

Mais malgré ces dépenses imprévues et ces recettes en net recul, le Département tient bon et le président assure que l'Indre a les reins solides : "Nous n'avons absolument pas de dette. Nous avions une réserve pour les coups durs. Nous ferons face en 2020, en 2021 et si les choses devaient s'aggraver, je n'ai pas d'inquiétude pour 2022. Mais il faut aussi que l'Etat se rende compte que, dans cette crise de la Covid, la proximité, c'est l'efficacité. Le département et la commune ont bien fonctionné dans ces moments extrêmement compliqués". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess