Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La démission de Jean-François Macaire de la Région Nouvelle Aquitaine : "une décision mûrement réfléchie"

vendredi 18 janvier 2019 à 16:12 Par Vincent Hulin , France Bleu Poitou

Jean-François Macaire, ancien président socialiste de Poitou-Charentes, et proche de Ségolène Royal, a remis sa démission de conseiller régional à un moment choisi : la mi-mandat. Il s'en explique.

Jean-François Macaire
Jean-François Macaire © Radio France - Vincent Hulin

Poitiers, France

Est-ce que c'est une décision facile à prendre ? Vous partez un peu sur la pointe des pieds ?

C'est une décision un peu ancienne compte-tenu de la fusion des Régions, et du fait que je n'ai plus de rôle à jouer dans la nouvelle région au sein de l'exécutif et j'ai donc décidé de démissionner à la mi-mandat. Et puis je rappelle que j'ai été élu 18 ans, c'est déjà pas mal.

Quel bilan tirez-vous de votre action ? 

Il y a eu tout un tas de choses qui ont été faites et il reste beaucoup à faire, mais quelque chose m'a beaucoup fait plaisir récemment, c'est le délégué du personnel du successeur de Heuliez à Cerizay (Deux-Sèvres) qui a adressé un message à moi, Ségolène Royal et Jean Grellier pour nous remercier de la façon avec laquelle nous avons défendu cette entreprise et défendu l'emploi.

Votre plus grande fierté ?  

C'est d'avoir conduit cette politique de croissance verte qui aujourd'hui est encore un exemple, un sujet à poursuivre et à creuser sur les énergies renouvelables, la mobilité.

Votre avenir politique ?

Disons que j'ai toujours été militant, ce n'est pas forcément exclu pour moi de m'engager politiquement. J'ai pris beaucoup de recul aujourd'hui, je n'ai pas de certitude, de conviction aussi solides que celles que j'ai eues par le passé. C'est un moment aussi pour moi de réflexion.