Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La députée de la Marne Aïna Kuric ne sera pas exclue de La République en Marche

mardi 31 juillet 2018 à 15:30 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne

Depuis son vote contre la loi asile immigration, jeudi soir à l'Assemblée nationale, la députée rémoise Aïna Kuric était menacée d'exclusion par La République en Marche. Le bureau a finalement décidé de la maintenir au sein du groupe.

La députée LREM de la Marne Aïna Kuric
La députée LREM de la Marne Aïna Kuric © Radio France - Radio France

Reims, France

Aïna Kuric pourra toujours siéger à l'Assemblée nationale sous l'étiquette de La République en Marche. Ce matin, le bureau du groupe parlementaire du parti s'est prononcé à l'unanimité pour son maintien dans le groupe. La députée de la Marne fait savoir que "Sa volonté a toujours été de travailler avec ses collègues du groupe, qu'elle remercie de leur soutien depuis jeudi soir. Elle sera à leurs côtés pour les réformes engagées par la majorité pour la transformation de notre pays".

Je ne vote pas contre un texte, mais pour mes convictions." Aïna Kuric

Jeudi soir, lors du vote en seconde lecture de la loi asile-immigration, Aïna Kuric est la seule députée LaREM à voter contre. Or le chef du groupe La République en Marche avait été clair : "S'abstenir, c'est un péché véniel ; voter contre, c'est un péché mortel". Mais la Marnaise assumait son choix : "Je ne vote pas contre un texte, mais pour mes convictions. J'ai été élue pour voter en fonction de certaines valeurs et de mes convictions, parce que je pense qu'il y a une partie de la population française qui partage les valeurs que j'essaie de porter aujourd'hui". Et d'ajouter : _"En assumant mon vote et mes convictions, je réponds à ma formation politique, je ne leur ai pas menti et je réponds à mes concitoyens"_.

Lors du vote en première lecture de la loi asile-immigration, Aïna Kuric s'était déjà abstenue. Ce qu'elle reproche au texte, c'est notamment l'adaptation du droit du sol à Mayotte : pour obtenir la nationalité française, un enfant né à Mayotte devra avoir au moins l'un de ses parents qui ait été présent de manière régulière sur le territoire national depuis plus de trois mois. Le but de cette mesure est de faire face à une très forte immigration clandestine en provenance des Comores, mais "c'est une fausse solution" selon Aïna Kuric.