Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La députée de Loire-Atlantique Sarah El Haïry prend du galon et devient porte-parole du Modem

mercredi 28 février 2018 à 18:06 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan

A 28 ans, la députée de Loire-Atlantique Sarah El Haïry ne perd pas de temps. La voilà désormais membre du bureau exécutif du Modem et porte-parole du parti présidé par François Bayrou. Et son nom revient de plus en plus à propos des élections municipales à Nantes en 2020.

Sarah El Haïry, députée de Loire-Atlantique,
Sarah El Haïry, députée de Loire-Atlantique, © Maxppp - Christophe Morin

Nantes, France

Sarah El Haïry a participé à sa première conférence de presse en tant que porte-parole du Modem, ce mercredi, au Salon de l'Agriculture de Paris. La jeune députée de Loire-Atlantique a en effet intégré le bureau exécutif du parti centriste la semaine dernière et partage la fonction de porte-parole avec le député des Yvelines Jean-Noël Barrot (fils de Jacques Barrot, ancien ministre et commissaire européen). Le moins que l'on puisse dire, c'est que la nantaise n'a pas perdu de temps. A 28 ans (elle soufflera ses 29 bougies fin mars), Sarah El Haïry est du genre précoce, dans les études et surtout en politique.

Très tôt engagée chez les Jeunes UMP (dès 2007), elle adhère au Modem en 2010, dont elle devient, en 2016, la présidente pour la Loire-Atlantique. En 2014, Sarah El Haïry est numéro deux de la liste Modem aux élections municipales à Nantes, puis en décembre 2015, elle est co-listière de la liste de droite et du centre menée par Bruno Retailleau (LR) aux élections régionales. Mais Sarah El Haïry doit attendre juin 2017 pour être élue pour la première fois. Portée par la vague Macron, soutenue par La République En Marche, elle s'impose facilement dans la cinquième circonscription de Loire-Atlantique face au sortant socialiste Michel Ménard. 

La députée veut "challenger" le gouvernement

Depuis, la députée apprend vite. Membre de la stratégique commission économies et finances à l'Assemblée Nationale, elle fait partie des cent députés les plus actifs, en commission comme en séance, selon le site nosdeputes.fr. Et la jeune femme sait capter la lumière médiatique quand il le faut : au début du mois de février, par exemple, elle critique dans Le Point la ministre de la Santé "pas à la hauteur des enjeux", selon elle, sur la question du financement de la dépendance des personnes âgées. D'ailleurs, un anglicisme revient souvent dans sa bouche : elle veut "challenger le gouvernement", comprenez le titiller quand il le faut pour "rappeler le projet présidentiel quand il le faut et mettre l'humanisme au cœur de chaque décision". Car Sarah El Haïry a un atout : elle fait partie de la majorité mais, étant membre du Modem, elle peut se permettre de faire entendre sa petite musique de temps en temps. Et dans les mois à venir, on devrait l'entendre encore un peu plus, maintenant qu'elle est porte parole nationale du parti présidé par François Bayrou.

Oui, j'aime Nantes, mais chaque chose en son temps", répond Sarah El Haïry à propos des municipales en 2020

Dernièrement, depuis l'annonce de la non  candidature de François de Rugy, son nom revient d'ailleurs avec insistance quand on évoque les personnalités pouvant prendre la tête d'une liste "pro Macron" aux élections municipales à Nantes en 2020, face à la socialiste Johanna Rolland. Mais il lui faudra vaincre les réticences de certains députés LREM de Loire-Atlantique qui, en off, trouvent que la jeune députée Modem prend parfois un peu trop de place et qui estiment que la tête de liste doit revenir à un membre du parti présidentiel. Interrogée sur le sujet, Sarah El Haïry se veut prudente, usant même de la langue de bois : "oui, j'aime Nantes, ma ville. Mais chaque chose en son temps, je reste concentrée à 100% sur mon travail de députée pour porter le projet présidentiel".