Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La députée du Cher Nadia Essayan porte plainte contre la CGT

lundi 4 juin 2018 à 17:51 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Après des échanges tendus lors d'une réunion avec des militants de la CGT, la députée MoDem du Cher Nadia Essayan a décidé de porter plainte contre le syndicat.

La députée MoDem du Cher Nadia Essayan
La députée MoDem du Cher Nadia Essayan © Maxppp - Vincent ISORE

Saint-Florent-sur-Cher, France

Nadia Essayan, la députée MoDem de la 3ème circonscription du Cher porte plainte contre la CGT, après des échanges tendus lors d'une réunion à Saint-Florent-sur-Cher vendredi soir. A son arrivée, des militants de la CGT ont commencé à lui lire plusieurs motions, pour leur dire leur opposition à la politique du gouvernement concernant la Loi Travail, le statut des fonctionnaires, les retraités ou encore les sujets relatifs à l'hôpital public. La députée s'est arrêtée pour les écouter, mais très vite le ton est monté et elle s'est sentie menacée.

Elle ne va plus pouvoir sortir de chez elle et circuler sur la voie publique"

"J'ai reçu une menace et il ne faut pas que cela se reproduise"

"Quand on vous dit que vous ne pourrez plus sortir de chez vous, ni sur la voie publique... je ne sais pas ce qu'il vous faut pour ne pas vous sentir menacée ! J'ai senti que c'était quand même très violent", déclare à France Bleu Berry la députée Nadia Essayan. Elle assure que les relations sont tendues avec la CGT depuis le début de sa mandature, depuis qu'elle a battu l'ancien député communiste de Vierzon Nicolas Sansu.

"A chaque fois que je fais un événement, j'ai la CGT qui est là (...) tant que ça reste dans les limites du respect ça ne me dérangeait pas, mais là c'est allé trop loin", ajoute Nadia Essayan. Elle a déposé plainte dimanche pour le motif suivant : "menace de crime ou délit contre les personnes ou les biens à l'encontre d'un chargé de mission d'un service public".

La phrase a été sortie de son contexte" selon la CGT

De son côté, Sébastien Martineau, le secrétaire départemental de la CGT dans le Cher reconnaît que la phrase a bel et bien été prononcée, mais qu'elle a été sortie de son contexte. "On n’a fait simplement que de dire ce qu'on entend, nous, dans les syndicats et les entreprises, en disant, vu la politique qui est menée par le gouvernement et acceptée par les députés, oui, ça va être compliqué".

"On a fait simplement que de dire ce qu'on entend dans les entreprises"

Le syndicaliste assure que la députée n'est pas ouverte au dialogue, elle aurait même cherchée à éviter les militants CGT. "Madame Essayan, quand elle a su qu'on était devant la porte - je suppose que l'un des maires l'a appelée - elle s'est arrêtée au PMU de Saint-Florent pour savoir si il n'y avait pas une porte dérobée pour pouvoir nous éviter (...) soit disant qu'elle est à l'écoute, dans la réalité c'est faux".

Que risque le syndicat selon le Code pénal ?

Une enquête a été ouverte, l'un des militants de la CGT sera d'ailleurs entendu comme témoin lundi prochain dans les locaux de la gendarmerie de Mehun-sur-Yèvre. Selon l'article 433-3 du Codé pénal, la "menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes ou les biens proférée à l'encontre d'une personne investie d'un mandat électif public" est passible d'une peine allant jusqu'à 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende.