Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La députée LREM du Gard Françoise Dumas dénonce une intrusion dans sa permanence

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Françoise Dumas, députée La République En Marche du Gard, dénonce l'intrusion survenue jeudi après-midi dans sa permanence nîmoise. Elle en était absente. Une cinquantaine de personnes sont entrées et ont affiché des tracts sur les murs, dont un, la visant personnellement.

Françoise Dumas, la députée LREM du Gard
Françoise Dumas, la députée LREM du Gard © Radio France - Sylvie Duchesne

La députée LREM du Gard Françoise Dumas ne compte pas laisser les choses en l'état après l'intrusion dans sa permanence à Nîmes jeudi après-midi. Alors qu'elle était à Paris, une cinquantaine de personnes y sont entrées. Des opposants au projet de loi Blanquer sur l'Éducation nationale. Pas de dégâts, mais des tracts affichés sur les murs. Ce qu'elle ne digère pas, c'est celui qui était scotché sur le siège de son bureau. Un tract qui lui était personnellement destiné. 

"Ils ont noté sur ce tract "Pour Françoise" et ils ont surligné "Ah, ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne, les aristocrates, on les pendra". Je considère que c'est une menace, une menace de mort que je prends au sérieux."

Françoise Dumas, députée LREM du Gard

La députée n'a pas porté plainte, mais elle a écrit au procureur de la République pour lui signaler ces faits anti-républicains, selon elle. "Pour moi, c'est une atteinte grave à la fonction de député, à nos principes républicains. On peut ne pas être d'accord, mais il y a un suffrage universel, il faut respecter ceux qui l'incarnent."

" Françoise Dumas se victimise pour éviter de répondre aux revendications."

Françoise Dumas s'étonne par ailleurs que "des représentants politiques se soient associés à cet acte anti-républicain". Elle cite nommément Vincent Bouget, le secrétaire départemental du PC dans le Gard, Denis Lanoy, candidat PC aux élections européennes, et Janie Arnéguy, conseillère municipale d'opposition à Nîmes. 

Dans un communiqué rédigé en commun ce vendredi, ils indiquent s'être rendus effectivement à la permanence pour tenter de rencontrer la députée. "Il n'y a pas eu le moindre début de commencement de violence, qu'elle soit physique ou verbale. Il n'y a eu aucune dégradation. Quelques affichettes, portant les slogans et chansons utilisés pendant cette manifestation (contre le projet de loi Blanquer), ont été scotchées aux murs ou laissées sur des tables. Après quelques minutes, constatant l'absence de Mme la députée, les enseignants ont quitté très tranquillement les lieux." Ils ajoutent : "Madame Dumas a choisi d'instrumentaliser cet épisode de façon très politicienne. En se victimisant et en nous accusant nommément. Quand on ne veut pas répondre sur le fond, on tente une pirouette sur la forme. Madame Dumas, députée de la République devrait se montrer plus humble et plus à l'écoute, devrait éviter de porter des fausses accusations. (...)"

Le tract incriminé - Radio France
Le tract incriminé © Radio France - Sylvie Duchesne
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu