Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La « dérive mafieuse » de la Corse s’invite à l’Assemblée nationale

-
Par , , France Bleu RCFM

Paul-André Colombani, le député de Corse du Sud, a porté le problème de la violence en Corse à l’Assemblée nationale. Pour autant, il n’a pas vraiment obtenu du ministre de l’Intérieur la réponse espérée.

Paul-André Colombani a porté la problématique de la dérive mafieuse de la Corse à l'Assemblée nationale
Paul-André Colombani a porté la problématique de la dérive mafieuse de la Corse à l'Assemblée nationale © Radio France - capture écran

Au lendemain de la création d’un nouveau FLNC, mais aussi dans la droite ligne de la création d’un collectif anti-mafia, du débat à l’Assemblée de Corse ou encore plus récemment ce dimanche à Corte où 800 personnes ont échangé sur la problématique, la situation de la Corse s'est invitée, mardi 1er octobre, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. 

Paul-André Colombani, le député de la deuxième circonscription de Corse du Sud, a interpellé le Premier ministre sur la dérive mafieuse qui gangrène, selon lui, la société insulaire. « Le phénomène crapuleux de droit commun  y avance » a déclaré le député nationaliste, à visage découvert et en costume. « Le nombre d'homicides en Corse en fait la région la plus criminogène d'Europe, devant la Sicile ». 

Paul-André Colombani a demandé au chef du gouvernement ce que l'Etat compte faire. 

Paul-André Colombani interpelle le gouvernement

Et c'est  le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, qui lui a répondu.
 

Christophe Castaner : " la préfecture est particulièrement vigilante sur le contrôle de légalité"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess