Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La deuxième ligne de tramway encore en débats à la Métropole de Tours

-
Par , France Bleu Touraine

Le conseil métropolitain, réuni ce jeudi, a voté le budget de Tours Métropole, dont une subvention pour la construction de la deuxième ligne de tramway. L'occasion de débattre à nouveau sur certains aspects de cette ligne B.

Le tramway de Tours comptera une seconde ligne vers 2024-2025
Le tramway de Tours comptera une seconde ligne vers 2024-2025 © Radio France - Alexandre Chassignon

C'est un sujet qui n'a pas fini d'attiser les débats. La question de la deuxième ligne de tramway a de nouveau alimenté les échanges du conseil métropolitain, ce jeudi soir. Réunis notamment pour voter le budget, les conseillers de Tours Métropole ont adopté la subvention de 14 millions d'euros au Syndicat des mobilités, pour la construction de la ligne B. L'occasion de débattre de certains aspects.

Le tracé larichois du tramway en questions

Christophe Bouchet, membre de l'opposition, pointe notamment l'absence de consensus autour du tracé entre La Riche et la gare de Tours. "Les crispations qui ont lieu autour de cette partie de la ligne, à défaut de la faire échouer vont sérieusement retarder la mise en travaux du tramway", s'inquiète-t-il. L'ancien maire de Tours invite à commencer les travaux sur la partie chambraysienne, mais à "lever le crayon" sur l'autre partie. "Il faut peut-être se remettre autour d'une table, relancer un processus qui ne prendrait pas de temps et mettrait de l'huile dans les rouages".

Pas question pour Wilfried Scwhartz qui rappelle que le tracé est déjà voté et répond à un schéma d'aménagement urbain. "Bien sûr qu'il y a des moments difficiles à passer", reconnaît le président de Tours Métropole et maire de La Riche, en faisant allusion aux expropriations parfois compliquées, notamment sur sa commune. "Si nos concitoyens sont touchés par des expropriations, l'important c'est qu'on puisse expliquer, co-constuire ce que sera la ville de demain."

"Ça n'aurait aucun sens de faire une croix sur la ligne qui passe à La Riche sous prétexte qu'il y aurait des difficultés pour les acquisitions foncières", abonde Christian Gatard, maire de Chambray-lès-Tours et vice-président de la métropole, chargé des Finances. 

De nombreux virages sur le tracé ouest

Se pose également la question des nombreux virages de la ligne B. "Il y a un vrai sujet technique sur les virages", estime Christophe Bouchet qui craint une vitesse moindre de la ligne à cause de la succession de virages dans le quartier des casernes et Maryse-Bastié, et donc une attractivité du tramway insuffisante pour une rentabilité et une diminution de la circulation automobile en centre-ville.

"Pourtant, la vitesse commerciale restera la même : on sera à 19km/h, comme on l'est aujourd'hui sur la voie A, et donc ça fonctionnera", répond Emmanuel Denis, maire de Tours et vice-président en charge de la Transition écologique. "On est quasiment à 50.000 passagers par jour possibles sur cette voie-là. La ligne B aura autant de succès que la ligne A", ajoute le maire écologiste, répondant également aux critiques sur un nombre d'usagers insuffisant.

La place Jean-Jaurès à réaménager

Dernier sujet à débat : l'aménagement de la place Jean-Jaurès et du boulevard Béranger. "Nous n'avons pas toutes les études nécessaires sur les arbres du boulevard Béranger", estime l'ancien maire de Tours. "On va faire une étude complémentaire pour faire en sorte que les travaux qui seront menés permettent de conserver les arbres du mail central, comme on a pu le faire sur l'avenue Grammont, d'ici l'été", rétorque Emmanuel Denis. Le maire s'engage également à conserver le marché aux fleurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess