Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La disparition brutale de Pierre Chaubon

-
Par , France Bleu RCFM

« Le maitre d’œuvre de la Collectivité unique » s’est éteint hier à l’âge de 66 ans. Pierre Chaubon fut conseiller d’Etat, président de la communauté de communes du Cap Corse et maire de Nonza. L’hommage est unanime.

Pierre Chaubon, à gauche de Paul Giacobbi
Pierre Chaubon, à gauche de Paul Giacobbi © Maxppp - Michel Lucioni

Le Cap, la Corse et Paris : c’était le triptyque de la vie familiale, professionnelle et politique de Pierre Chaubon décédé hier soir à Paris à l’âge de 66 ans. Un homme d’abord attaché à sa terre natale du Cap Corse pour laquelle il s’engagea bien avant l'heure en mettant sur pied la communautés des communes de cette micro-région en 1984, après avoir été élu une première fois maire de Nonza, réélu en mars dernier. Ce fut l'un des tous premiers regroupements de communes de Corse.

Ardent défenseur de la collectivité unique 

Homme de gauche, progressiste, il a siégé jusqu'en 2017 sur les bancs de l'Assemblée de Corse, élu sur la liste « Prima a Corsica » emmenée par Paul Giacobbi. Durant la mandature de ce dernier, membre du groupe « Démocrates, Socialistes et Radicaux », il avait alors présidé la Commission des compétences législatives et règlementaires et avait été, à ce titre, le maitre d’œuvre de la réforme institutionnelle portant création d’une collectivité unique, projet  adopté par 46 voix sur 51 à l’époque. Il contribua également à l’inscription de la Corse dans la loi « Nôtre » 

Une brillante carrière

Ses relations professionnelles et politiques à Paris, au travers de sa brillante carrière dans les grands corps de l'Etat, lui ont également ouvert plusieurs portes. Il fut tour à tour conseiller technique au cabinet du ministre des affaires étrangères, délégué général du Médiateur de la République, maître des requêtes au Conseil d'Etat, membre du conseil national de formation des élus locaux et Conseiller d'Etat jusqu'au 30 mai 2019 date à laquelle il a pris sa retraite.

Un travail unanimement salué par tous les élus de corse qui lui rendent hommage aujourd’hui. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess