Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"La Dordogne n'est plus une terre de résistance face au Rassemblement National" affirme le politologue Jean Petaux

-
Par , France Bleu Périgord

Jean Petaux, politologue et professeur de Sciences Politiques à Bordeaux était l'invité du matin, ce mardi, sur France Bleu Périgord pour tirer les enseignements du scrutin des européennes. Le Rassemblement National est arrivé nettement en tête en Dordogne avec 25% des voix.

Marine Le Pen, le 9 novembre 2013 à Bergerac.
Marine Le Pen, le 9 novembre 2013 à Bergerac. © Radio France - RF/PB

Périgueux, France

Les Périgourdins votent beaucoup. Une participation de 58, 25%. "La Dordogne est civique, elle se classe dans les trois départements les plus votants derrière le Lot et le Gers. Le gros changement, c'est qu'au premier tour de la présidentielle de 2017, la Dordogne avait placé en tête la France Insoumise de Jean-Luc Mélanchon. Là, c'est le RN qui a pris la tête avec 5 points de plus que la liste LREM", note d'entrée Jean Petaux, le politologue invité de France Bleu Périgord ce mardi matin.

Une terre de résistance qui ne résiste plus à l'extrême droite

"La résistance à l'extrême droite était un héritage, en particulier de la seconde guerre mondiale" dit Jean Petaux.  "La digue anti Front National avait déjà commencé à subir de nombreuses brèches. Dans le Bergeracois, on se souvient que Marine Le Pen avait crée la surprise en venant à Bergerac il y a 5-6 ans. cette influence du FN venait du Lot-et-Garonne, qui remonte vers le Nord. Mais ce qu'on constate c'est que _les villes mettent le RN en deuxième place derrière LERM_. On vote bien que les frontières départementales n'ont pas grand sens, on devrait plutôt parler de bassin. c'est ainsi qu'à côté de Montpon-Ménestérol, à 33% pour le RN, il y également un fort vote Bardella à Castillon-la-Bataille en Gironde. cela s'explique par un sentiment de déprise sociale, un sentiment de relégation sociale, des formes d'abandon et on voit surgir des formes de délinquance, que les brigades de gendarmeries rurales connaissent bien. Tout cela participe d'un sentiment sur lequel le RN surfe facilement."

Comme les autres, les gilets jaunes n'ont pas voté pour les listes gilets jaunes. Ils ont permis d'augmenter le potentiel et le capital du RN dit Jean Petaux. Il est clair que la France Insoumise n'a absolument pas profité de l'effet gilets jaunes. L'effet s'est porté logiquement vers le parti le plus tribunitien, la liste qui incarne par ses prises de position un rejet du système, une forme exacerbée de dégagisme qui correspondait à certains thèmes développés par les gilets jaunes.

Le bon score des écolos même dans un département rural

"Sur les 12 départements de Nouvelle Aquitaine la Creuse est le seul à avoir placé EELV en dessous des 10.  En Dordogne, ils sont à 11,4%. L'urgence climatique transcende les catégories socio-professionnelles, les différences générationnelles. On a vu dans les sondages sortis des urnes, le vote des jeunes en faveur des Verts et ils ont permis à Yannick Jadot de faire le score national qu'il a pu faire et la Dordogne n'est pas un car à part".

Choix de la station

France Bleu