Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La droite vauclusienne en ordre de marche pour les municipales

lundi 15 octobre 2018 à 10:22 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

La mission principale d'Alain Milon, réélu à la tête du parti Les Républicains en Vaucluse, sera de préparer les élections municipales de 2020.

Alain Milon, en 2017
Alain Milon, en 2017 © Maxppp - Bruno SOUILLARD

Vaucluse, France

Le sénateur Alain Milon a été réélu ce week-end à la tête du parti Les Républicains en Vaucluse. Il était l'unique candidat. L'une de ses tâches va consister à rassembler un parti très divisé en vue des prochaines municipales. "Cette division, je suppose qu'elle existe aussi à notre échelle mais elle se fait moins sentir qu'au niveau national, explique l'élu, invité de France Bleu Vaucluse matin. Notre but, dans un premier temps, c'est d'être le moins minable possible aux élections européennes. Il faut reconnaître que les foules qui se mobiliseront l'année prochaine ne le feront pas pour des partis démocratiques."

Objectif : les municipales 2020 

Un an après les européennes se tiendront les municipales, le réel objectif des Républicains. "Mon objectif, annonce Alain Milon, c'est de garder les villes que nous avons, avec des maires compétents. Il faut ensuite gagner les villes fragilisées par les municipalités de gauche, comme Avignon. 

"L'un de mes objectifs personnels, c'est de prendre Orange."

Lorsqu'il a été élu pour son premier mandat en 2016, il avait annoncé que ce serait aussi le dernier. "Je suis toujours là parce que ça m'a plu, reconnaît-il. Lors de mon premier mandat, nous préparions la présidentielle, que nous avons perdue. Je remets ça pour montrer que cette fois on peut gagner les municipales."