Politique

Bernadette Chirac hospitalisée à son tour, la famille demande de la "tranquillité"

Par Marina Cabiten, France Bleu Creuse, France Bleu Limousin et France Bleu mercredi 21 septembre 2016 à 13:15 Mis à jour le mercredi 21 septembre 2016 à 19:35

 Jacques Chirac et sa femme Bernadette sont tous deux hospitalisés à Paris
Jacques Chirac et sa femme Bernadette sont tous deux hospitalisés à Paris © AFP - Patrick Kovarik

Jacques Chirac est toujours hospitalisé à Paris pour une infection pulmonaire, a déclaré mercredi le gendre de l'ancien président qui a "demandé instamment qu'on respecte sa tranquillité". Bernadette Chirac a elle aussi été hospitalisée dans le même hôpital, dans la journée.

L'ancien président de la République Jacques Chirac est toujours ce mercredi à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpétrière, où il est entré dimanche dernier à cause d'une infection pulmonaire. Suite à la propagation de rumeurs sur internet, sa famille a demandé à ce que sa tranquillité soit respectée. Par ailleurs, Bernadette Chirac a également été admise dans cet hôpital mercredi pour "souffler et récupérer un peu" selon sa famille.

"Dans quel monde vit-on ?"

"Bernadette Chirac, profondément marquée par le décès de sa fille aînée Laurence (en avril, ndlr) et épuisée depuis quelques jours à la suite de l'infection pulmonaire de son mari a été hospitalisée mardi à la Pitié-Salpêtrière", comme Jacques Chirac, "pour souffler et récupérer un peu", a déclaré son gendre.

Plus tôt dans la journée, Frédéric Salat-Baroux avait demandé par communiqué que la tranquillité de l'ancien Président soit respectée. "Il n'y a rien de plus à ajouter, le président Chirac est traité pour une infection pulmonaire et je veux rendre hommage à l'exceptionnelle qualité des équipes médicales", a-t-il ajouté, en réaction à ces rumeurs sur la mort de l'ancien chef de l'Etat.

Le gendre de Jacques Chirac "demande instamment durant cette période d'hospitalisation à ce qu'on respecte sa tranquillité, celle de son épouse, celle de sa fille et celle de son petit-fils". "Dans quel monde vit-on où l'on soit contraint de rappeler ces principes fondamentaux d'humanité et de respect?", a fustigé Frédéric Salat-Baroux, ancien secrétaire général de l'Elysée quand Jacques Chirac était président, et époux de Claude Chirac.

L'ancienne ministre Christine Boutin a notamment tweeté mercredi matin: "Mort de #Chirac".

Un tweet qui lui a valu de nombreux commentaires ulcérés. "J'ai eu cette information qui me semble venir d'une source sûre. C'est une information que, je crois, attendent les Français. C'est une attente forte des Français, il suffit de voir le buzz autour de cette histoire. Et mon tweet était très sobre", s'est justifiée Mme Boutin. Pourquoi ne pas retirer son tweet puisque l'information est fausse ? "Je retirerai mon tweet si j'ai un vrai démenti", a-t-elle répondu.

Retour précipité du Maroc

Son retour du Maroc, où il séjournait avec son épouse Bernadette, avait été avancé de 24 heures sur avis des médecins, selon un proche. Depuis, très peu d'informations ont filtré sur son état. Dimanche, son gendre avait précisé qu'il était conscient et qu'il resterait hospitalisé "dans les prochains jours". Lundi matin, l'entourage de l'ancien président avait sobrement indiqué qu'il n'y avait pas de nouvelle information à donner. Depuis son départ de l'Elysée en mai 2007, Jacques Chirac, victime d'un accident vasculaire cérébral en 2005, a déjà été hospitalisé à plusieurs reprises.

Il a par ailleurs été fortement éprouvé par la mort de sa fille aînée, Laurence, en avril. Ses proches faisaient cependant état ces dernières semaines d'une amélioration de son état de santé. Depuis l'annonce de son hospitalisation dimanche, les messages de sympathie se sont multipliés dans la sphère politique. François Hollande a ainsi témoigné du "soutien" de la Nation envers l'ancien président.