Politique

La France insoumise manifeste à Paris "contre le coup d'État social"

Par Géraldine Houdayer, France Bleu Paris et France Bleu samedi 23 septembre 2017 à 3:30

Jean-Luc Mélenchon jeudi 21 septembre, pendant la manifestation contre la réforme du Code du travail.
Jean-Luc Mélenchon jeudi 21 septembre, pendant la manifestation contre la réforme du Code du travail. © Maxppp - Aurelien Morissard

Après les deux journées d'action organisées par plusieurs syndicats contre la réforme du Code du travail, La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon lance sa propre journée de manifestation ce samedi à Paris. Le parti espère rallier la jeunesse "contre le coup d'état social" du gouvernement.

Après les deux journées de manifestations organisées à l'appel de plusieurs syndicats, notamment la CGT, le 12 et ce jeudi 21 septembre, Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise, organise sa propre journée d'action et appelle à manifester ce samedi à Paris, entre la place de la Bastille et la place de la République, "contre le coup d'État social". Sous ce mot d'ordre, Jean-Luc Mélenchon espère rallier la jeunesse dans la rue, mais aussi conforter son rôle de premier opposant à Emmanuel Macron.

Une manif au mot d'ordre très large

Le leader de La France insoumise, qui s'exprimera à la fin de la manifestation comme lors d'un meeting, mise sur une "déferlante" dans les rues de Paris. Il attend "plusieurs dizaines de milliers" de jeunes notamment, mais aussi des retraités et des familles pour "faire masse" entre Bastille et la République. Jean-Luc Mélenchon a d'ailleurs élargi le mot d'ordre de la manifestation. Les slogans devraient critiquer l'augmentation de la CSG, la réduction des APL, la suppression d'emplois aidés ou encore le CETA, le traité de libre-échange avec le Canada. "Ce n'est pas la journée de Jean-Luc Mélenchon", a-t-il répété ces dernières semaines face aux grincements de dent des syndicats, au premier rang desquels la CGT, inquiets de le voir empiéter sur leur territoire, la mobilisation sociale.

Les Insoumis veulent tester la légitimité d'Emmanuel Macron

Avec cette manifestation, Jean-Luc Mélenchon veut aussi conforter son rôle d'opposant principal à Emmanuel Macron, au moment où le Front national est en pleine crise. Le leader de La France insoumise voit aussi plus loin que cette journée. Théorisant le principe de "la campagne permanente", il veut offrir un test grandeur nature de la légitimité politique d'Emmanuel Macron. "Il s'agit de faire une démonstration de force, presque physique, de repenser le rapport du social au politique dans la répartition des rôles, en respectant l'indépendance de chacun", décrypte à l'AFP Clémentine Autain, députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis. "On ne veut pas être des députés qui ne prennent pas leur place sur la place publique", justifie-t-elle.

Un défilé sans la CGT et les communistes, mais avec les black blocs ?

Les Insoumis devront faire sans la CGT ce samedi : Philippe Martinez a annoncé qu'il ne participerait pas au défilé. Les communistes n'y seront pas non plus. Mais Le Monde a révélé vendredi que les Blacks blocs, ces militants radicaux vêtus de noir, appellent à défiler en tête de cortège. Sur Facebook, le Mouvement inter luttes indépendant a publié, le 18 septembre, un texte intitulé "C'est nous les vrais insoumis" et appelle à rallier la manifestation, pour "proposer une perspective plus désirable à tous les insoumis-es de circonstance, à tous ceux et celles qui se retrouvent derrière Mélenchon par défaut". Le texte n'épargne d'ailleurs pas Jean-Luc Mélenchon, qualifié d'"opportuniste qui n'hésitera pas à mettre tous les coups nécessaires pour se poser en unique alternative au monde insupportable que l'on nous impose chaque jour." La manifestation des Insoumis commence officiellement à 14 heures.