Politique

La fusion entre la Champagne-Ardenne et la Picardie fait débat

Par Eric Turpin, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu Picardie mardi 3 juin 2014 à 12:17

La carte des 14 nouvelles régions proposée par François Hollande.
La carte des 14 nouvelles régions proposée par François Hollande. © Radio France - Denis Souilla

A la surprise générale, c'est un mariage entre la Champagne-Ardenne et la Picardie qui est sortie du chapeau de l'Elysée. Et les avis sont partagés tant chez les élus et que chez les habitants.

La fusion entre la Champagne-Ardenne et la Picardie provoque de nombreuses réactions. Il faut dire que c'est une surprise. La Picardie imaginait fusionner avec le Nord-Pas-de-Calais. La Champagne-Ardenne était fiancée jusque là avec l'Alsace et la Lorraine. Finalement, François Hollande a tranché lundi en mariant les deux régions voisines. 

A l'annonce de la nouvelle carte des régions, le président du conseil régional de Picardie, Claude Gewerc (PS), s'est dit "très surpris" , l'hypothèse n'ayant "jamais évoquée" ."J'ai beaucoup de respect pour la Champagne, mais je ne comprends pas bien la cohérence" , a-t-il dit. A l'inverse,le président du conseil régional de Champagne-Ardenne, Jean-Paul Bachy, se dit plutôt satisfait . Il ne voulait pas d'une fusion avec l'Alsace.

Du côté de la population, les avis sont partagés :

Les picards sont partagés sur la fusion

Il y a du pour et du contre pour les habitants de Champagne-Ardenne

La fusion fait aussi réagir les élus de tout bord :

Le calendrier

Le Premier ministre, Manuel Valls, a précisé mardi matin les modalités de cette nouvelle fusion des régions. "il peut y avoir des évolutions" , a t-il précisé, excluant la possibilité d'un référendum, qui ne serait qu'une vaste "addition des contraires" et une réponse à la politique de François Hollande en général plutôt qu'au projet de réforme territoriale, Manuel Valls a annoncé que les deux projets de loi seraient présentés le 18 juin en conseil des ministres .

Concernant les conseils généraux, qui devraient être supprimés à l'horizon 2020, Manuel Valls a estimé à "au moins trois ans", le temps nécessaire pour transférer leurs compétences aux régions.&

Partager sur :