Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La Grande Marche pour l'Europe de LREM lancée en Côte-d'or

samedi 7 avril 2018 à 17:28 Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne

La République en Marche a lancé ce samedi 7 avril 2018, la Grande Marche pour l'Europe. Véritable coup d'envoi pour le parti d'Emmanuel Macron, pour la campagne des prochaines élections européennes de 2019. Une Marche qui passe aussi par la Côte-d'Or.

Députés, sénateurs, militants et adhérents de LREM en Côte-d'Or, tus réunis ce samedi 7 avril à Dijon pour le lancement de la grande Marche pour l'Europe.
Députés, sénateurs, militants et adhérents de LREM en Côte-d'Or, tus réunis ce samedi 7 avril à Dijon pour le lancement de la grande Marche pour l'Europe. © Radio France - Stéphanie Perenon

Côte-d'Or, France

Le parti La République En Marche a lancé ce samedi 7 avril 2018 la Grande Marche pour l'Europe.  Une Marche qui passe aussi par la Côte-d'Or, avec l'ensemble des parlementaires LREM de Côte-d'Or, Fadila Khattabi, Yolaine de Courson, Didier Paris, Didier Martin et le sénateur François Patriat. Tous ont répondu présents aux côtés des marcheurs de la première heure, pour lancer cette grande opération en vue des prochaines élections européennes, en mai 2019.

Du porte-à-porte pour interroger les Français sur l'Europe 

Car ce sont les militants qui vont pendant les prochaines semaines faire du porte-à-porte pour interroger les français sur l'Europe. Et surtout sur leurs attentes, via un questionnaire.  Un questionnaire établi par le parti au niveau national, sur le même modèle que celui qui a si bien réussi à Emmanuel Macron, au moment de la campagne présidentielle.  En Côte-d'Or, ce sont donc des binômes qui vont aller à la rencontre des habitants, frapper à leurs portes pour leur poser des questions simples et ouvertes comme, "Si je vous dis “Europe”, ça vous fait penser à quoi ?" ou " Selon vous, qu’est-ce qui ne marche pas en Europe ?". Malo Tricca, jeune étudiant de 16 ans, marcheur depuis les débuts, fait partie des volontaires. "On va aller partout et surtout là, où on n'a pas forcément voté en faveur de l'Europe, pour demander aux gens ce qui marche ou pas dans l'Europe. Quel rapport ils ont avec l'Europe, pour comprendre pourquoi il y autant de défiance vis-à-vis de l'Europe, avec l'idée de pouvoir ensuite améliorer les choses."

On ne veut pas arriver avec un programme tout fait mais avec un programme co-construit avec les français - François Patriat sénateur LREM de Côte-d'or

Le sénateur LREM François Patriat est convaincu que c'est la bonne méthode, "l'Europe reste la meilleure réponse à apporter dans un climat difficile, nourri d'inquiétudes lié au terrorisme et à la violence. L'Europe est notre véritable avenir."

Un climat difficile avec la montée des populismes

Ces questionnaires seront ensuite transmis au parti pour établir un diagnostic qui va servir de base au futur programme de LREM pour les prochaines élections européennes. Maria Paz Fave Usach, la coordinatrice en Côte-d'Or, de cette Grande Marche pour l'Europe est convaincue qu'il faut aller au devant des citoyens. "On veut combattre la montée des populismes en Europe avec des arguments et des exemples concrets mais pour construire et aller au cœur des attentes des français, il faut aller les voir pour savoir ce qu'ils veulent."

La première réussite, pour elle,"ce serait que les Français se déplacent pour aller voter pour ces prochaines élections." Même si le sénateur François Patriat n'aime plus prendre de risques avec des chiffres, il espère dit-il "au moins 50% de participation en mai 2019", pour les prochaines Européennes. En 2014, la participation finale avait été de 43% en France.

En attendant, la première étape pour les militants de LREM ce sera d'abord cinq semaines de porte-à-porte intensif.