Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La guerre continue entre les associations et le conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes

vendredi 31 mars 2017 à 21:41 Par Marc Vantorhoudt, France Bleu Saint-Étienne Loire

Ce samedi 1er avril, un collectif inter-associatif rassemblant plus d'une centaine d'association active dans la région Auvergne-Rhône-Alpes organise une manifestation festive entre 15h et 17h devant le siège de la région. Une manière de protester contre la politique associative de la région.

Le siège de la région Rhône-Alpes-Auvergne à Lyon.
Le siège de la région Rhône-Alpes-Auvergne à Lyon. © Radio France - Marc van Torhoudt - © Erick Saillet

Saint-Étienne, France

Depuis deux ans, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, plus de 500 postes ont été supprimés dans des associations. Pour elles, la responsabilité en incombe directement à la politique régionale en matière d'associations. En effet, depuis son élection de décembre 2015, la nouvelle administration a largement coupé dans les subventions accordées aux associations : -50 % en moyenne. La majorité se défend et souligne la bonne santé économique du territoire, le seul non déficitaire depuis deux ans en France.

Le tissu associatif en danger

"Cela menace directement les activités des associations sur le terrain, explique Frédéric Villaumé, président de la fédération Graines qui rassemble une centaine d'associations de la région actives dans le domaine de l'environnement et de la pédagogie. Nous, par exemple, avons dû supprimer 6 postes sur une centaine et suspendre des programmes."

On nous met devant le fait accompli. Il n'y a aucun dialogue.

"Il n'y a aucun dialogue. On nous met devant le fait accompli. Au moins, avec l'ancienne administration, même si ça n'était pas parfait, on se sentait soutenus dans nos projets, poursuit le responsable. Le danger, c'est de voir les associations disparaître, faute de soutien, alors que leurs missions sont de service public et devraient recevoir un soutien des pouvoirs publics."

Frédéric Villuamé, président de la fédération d'associations Graines

La santé économique de la région en priorité

"En tant qu'élu de la Loire, jamais je n'ai reçu une association venant se plaindre", rétorque Jean-Pierre Taite, conseiller régional Les Républicains de la Loire et maire de Feurs dans le centre du département. La région est la seule non-déficitaire : mieux, elle a fait 150 millions d'euros d'économies ces deux dernières années. "Des résultats salués par des observateurs indépendants comme l'agence Standard & Poor's", se félicité l'élu.

Nous avons fait des choix pour soutenir les associations les plus efficaces.

La majorité, qui organisait vendredi 31 mars une conférence de presse à Lyon pour répondre aux attaques de l'opposition, explique avoir réorganisé le budget de la culture. "Personne ne peut dire qu'il a été réduit ! En 2015 le budget était de 4 millions 730 000 €. En 2016 il est de 4 millions 783 000 € ! Il y avait peut-être avant une distribution d'argent public facile. Nous, on a fait des choix pour soutenir des associations plus efficaces que d'autres" conclut Jean-Pierre Taite.

La discussion est devenue impossible entre conseil régional et représentants associatifs.