Politique

La légalisation du cannabis fait son entrée dans la campagne pour l'élection présidentielle

Par Marina Cabiten, France Bleu lundi 10 octobre 2016 à 17:45

52% des Français sont favorables à ce que la question de la législation du cannabis soit abordée dans le cadre de la campagne présidentielle selon un sondage Ipsos
52% des Français sont favorables à ce que la question de la législation du cannabis soit abordée dans le cadre de la campagne présidentielle selon un sondage Ipsos © Maxppp - BRITTA PEDERSEN

Plus d'un Français sur deux, 52%, est favorable à ce que la législation du cannabis soit abordée dans le cadre de la campagne présidentielle, selon un sondage diffusé lundi. Certains candidats ont dans le même temps relancé ce vieux débat.

Légaliser le cannabis en France ? La question vaut la peine d'être posée pour une majorité de Français, selon un sondage Ipsos publié ce lundi. Et au moins deux candidats aux primaires sont d'accord avec eux : Nathalie Kosciusko-Morizet à droite et Benoît Hamon à gauche.

Vendre du cannabis sous contrôle de l'État ?

52% des citoyens interrogés pour cette étude sont favorables à ce que la question de la législation du cannabis soit abordée pendant campagne présidentielle, même s'ils sont 47% à être défavorables à la légalisation selon cette enquête*. 52% jugent également que la vente de cannabis sous le contrôle de l'État serait efficace, 47% jugeant le contraire. Les Français s'accordent par ailleurs massivement, à 84%, pour considérer que la législation actuelle est inefficace.

C'est lors d'une saisie de résine de cannabis que quatre policiers ont été attaqués samedi dernier dans l'Essonne, et l'un d'eux est toujours entre la vie et la mort.

"Une vraie gangrène", une lutte "hypocrite"

C'est pour "tuer ces trafics" qui sont une "vraie gangrène" que Benoît Hamon, député des Yvelines et candidat à la primaire de la gauche, est favorable non seulement à la dépénalisation mais aussi à la légalisation comme il l'a déclaré sur Franceinfo lundi.

Dans le même temps, Nathalie Kosciusko-Morizet, députée LR de l'Essonne, a reconnu sur Itélé que le "système actuel n'est pas efficace". Sans toutefois aller jusqu'à la légalisation qui "permet de lutter contre le trafic" mais n'envoie pas le bon "signal à la jeunesse". "Je suis plutôt pour la dépénalisation, ça permet de continuer à envoyer un signal à la jeunesse, de continuer à dire c'est interdit parce qu'on pense que c'est problématique en termes de santé", a-t-elle dit. Selon l'ancienne ministre de l'Écologie, cette dépénalisation permettrait de se doter de moyens de lutter contre la consommation "moins hypocrites et plus efficaces parce qu'on met une contravention".

En France en 2014, 17 millions de personnes déclaraient avoir déjà pris du cannabis dans leur vie et 700.000 en consommeraient quotidiennement, selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

*Enquête réalisée à la demande de SOS Addictions, du Laboratoire interdisciplinaire d'évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po et du Cnam. Sondage réalisé par internet du 27 au 29 septembre auprès de 1.097 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 16 ans et plus, selon la méthode des quotas.

  - Visactu
© Visactu -

Partager sur :