Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La mairie de Montpellier perquisitionnée par la police judiciaire

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

La police judiciaire a mené une perquisition ce jeudi matin dans les locaux de la mairie de Montpellier. Elle enquête après une plainte pour détournement de fonds publics et prise illégale d'intérêt déposée par plusieurs maires de la métropole.

D'après le maire de Montpellier, les policiers n'auraient saisi aucun document
D'après le maire de Montpellier, les policiers n'auraient saisi aucun document © Maxppp - Tim Somerset

Montpellier, France

Une perquisition a été menée ce jeudi matin à la mairie de Montpellier. La police judiciaire a rendu une petite visite au maire et aux membres de son cabinet. Il s'agit d'une enquête menée après la plainte au printemps dernier de sept maires et deux élus de la métropole qui dénoncent un abus de pouvoir de Philippe Saurel. Les sept maires et deux élus qui ont porté plainte sont Cyril Meunier, maire de Lattes, Michèle Cassar, maire de Pignan, Pierre Bonnal, maire du Crès, Pierre Dudieuzere, maire de Vendargues, Joël Raymond, maire de Montaud, René Revol, maire de Grabels, Isabelle Touzard, maire de Murviel-lès-Montpellier, Catherine Dardé, conseillère municipale de Castelnau-le-Lez et Thierry Dewintre, conseiller métropolitaine de Castelnau-le-Lez.

Ils s'indignent d'un courrier envoyé par le maire et président de la Métropole de Montpellier aux habitants de ces huit communes* pour leur expliquer que leur maire n'avait pas voté le budget de la Métropole. Une lettre payée sur le budget de la Métropole qui a coûté 7.000 euros. 

Ils considèrent en effet que l'utilisation des moyens de Montpellier-Métropole-Méditerranée (l'impression et la distribution de la lettre), à des fins politiciennes, constitue une infraction

La police judiciaire a entendu le maire pendant un quart d'heure ainsi que plusieurs membres de son cabinet. Elle n'aurait saisi aucun document.

Dans un communiqué, Philippe Saurel a réagi jeudi soir " Ce jeudi matin matin, la direction de la communication a fait l’objet d’une perquisition. Lors de celle-ci, les éléments d’informations afférents à l'enquête (concernant la plainte de plusieurs maires de la Métropole NDLR) ont été communiqués aux enquêteurs.   Monsieur le Président de la Métropole, Maire de Montpellier, souhaite que dans les meilleurs délais, cette plainte soit instruite afin que les fausses accusations soient définitivement levées. Par ailleurs, Monsieur le Président, Maire de Montpellier, rappelle qu’un dépôt de plainte, pour dénonciation calomnieuse, a été fait en son nom à l’encontre de ces mêmes maires. Là encore, la procédure est en cours."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu