Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La ministre des Sports dans la Loire ce jeudi

mercredi 29 août 2018 à 20:01 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Laura Flessel, la ministre des Sports, est en déplacement dans la Loire ce jeudi. Elle arrive en fin de matinée et repart déjà le soir. Au programme : une visite du golf des Bords de Loire à Andrézieux-Bouthéon et la visite du pôle France de gymnastique à Saint-Étienne.

Laura Flessel, la ministre des Sports.
Laura Flessel, la ministre des Sports. © Maxppp - Luc Nobout

Loire, France

Déplacement difficile dans la Loire, ce jeudi, de la ministre des Sports. Laura Flessel vient visiter le golf des Bords de Loire à Andrézieux-Bouthéon et le pôle France de gymnastique à Saint-Étienne, au lendemain d'un congrès extraordinaire du Comité national olympique et sportif français sur les aides publiques au sport en France et pendant lequel le président du CNOSF, Denis Masseglia, a poussé un gros coup de gueule. Il parle d'un véritable hold-up, accusant le gouvernement de piocher dans les subventions au sport pour rembourser son déficit.

Selon lui, le mouvement sportif  a perdu 60 millions d'euros sur le budget dédié aux actions directes en faveur de la pratique sportive entre 2017 et 2018 (passant de 310 millions à 250 millions). Cerise sur le gâteau : de nombreuses structures -comme le golf d'Andrézieux-Bouthéon- ont dû licencier des salariés avec la disparition des emplois aidés.

Au moins le maintien des subventions actuelles

Tout l'enjeu de ce jeudi pour le pôle France de gymnastique, sera donc de négocier - a minima - le maintien des subventions actuelles.  Car la ministre ne rencontrera pas Mélanie De Jesus Dos Santos, ni Lorette Charpy, ni Juliette Bossu. Nos trois gymnastes stéphanoises médaillées aux championnats d'Europe de Glasgow au début du mois d'août sont en stage aux États-Unis. La visite de Laura Flessel est donc l'occasion de parler gros sous.

"Nous rentrons pleinement dans les objectifs fixés par la ministre pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024, explique Jean-Claude Jaquetin, le trésorier. Elle demande 80 médailles françaises et trois millions d’adhérents en plus dans les fédérations de sport, mais pour ceci, nous demandons le maintien, la stabilité de notre budget pour rémunérer nos enseignants et faire fonctionner la structure." 

Le pôle n’ose donc même pas demander une augmentation des aides publiques. "Nous demandons le maintien parce qu’on connait la conjoncture générale, raisonne le responsable, mais s’il n’y a plus de subventions publiques,on fera comme d’autres structures, on mettra la clé sous la porte dans le cadre d’un licenciement économique." Un avertissement que Jean-Claude Jaquetin nuance tout de même : "Je ne pense pas que nous soyons sur ce chemin-là."