Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

« La page de la clandestinité définitivement tournée ! »

lundi 25 septembre 2017 à 17:32 Par Hélène Battini et Jérôme Susini, France Bleu RCFM

Les présidents du conseil exécutif et de l’assemblées de Corse réagissent au communiqué du FLNC du 22 octobre. Ils rappellent que le principe d'un engagement exclusivement démocratique est à la base de l'accord politique entre Femu a Corsica et Corsica Libera aux élections territoriales.

Comuniqué FLNC 22/10
Comuniqué FLNC 22/10 © Radio France - Didier Arnoux

Corse, France

Le FLNC dit du 22 octobre appelle à faire élire l'union nationaliste aux élections territoriales fin décembre, et il menace, faute d'avancées sur l'autonomie de l'île, d'un "élan populaire" à la Catalane. Dans un communiqué publié ce lundi matin par Corse-Matin, ce FLNC du 22 octobre" (qui a annoncé en mai 2016 la "cessation" de ses actions militaires) appelle à "se mobiliser massivement et clairement dès le premier tour", pour "donner une puissante majorité au mouvement national". Les élections passées, l'État aura un an pour accepter "un projet politique de fin de conflit " planifié sur 15 ans, qui permette à la Corse " d'accéder à un statut politique émancipateur", poursuit le FLNC. Ce lundi après-midi les présidents de l’exécutif et de l’assemblée de Corse réagissent.

Tous sur le même fil

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse - Maxppp
Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse © Maxppp - maxppp

Gilles Simeoni, président de l'exécutif de Corse réagit au communiqué du FLNC dit du 22/10

Gilles Simeoni, président de l’exécutif de Corse : « Dans cet accord il est écrit en toutes lettres que nous affirmons ensemble que le temps de l’action clandestine est définitivement et irréversiblement révolu, et c’est sur cette base là que nous demandons aux Corses de nous rejoindre. » Ne demanderiez-vous pas plus directement aux clandestins d’abandonner cette lutte ? De déposer les armes ? « Cela a été demandé clairement à travers notre déclaration en affirmant que seule la lutte citoyenne et démocratique peut aujourd’hui garantir la défense des intérêts de la Corse et du peuple Corse. Je prends note que le FLNC union des combattants a annoncé en juillet 2014 qu’il mettait fin de façon définitive et irréversible à son action, je note également que le FLNC du 22 octobre se situe dans la même perspective, je souhaiterais que cela soit dit très clairement, pour que tous les Corses l’entendent et sachent qu’aujourd’hui le nationalisme Corse tout entier s’inscrit exclusivement dans une optique de combat démocratique. »

Jean-Guy Talamoni, président de l'assemblée de Corse - Maxppp
Jean-Guy Talamoni, président de l'assemblée de Corse © Maxppp - maxppp

Jean-Guy Talamoni, président de l'assemblée de Corse réagit au communiqué du FLNC dit du 22/10

Jean-Guy Talamoni, président de l’assemblée de Corse : « Nous rappelons de manière claire que nous nous situons sans la moindre ambiguïté dans le fils de ce qui a été déclaré par le FLNC union des combattants en juin 2014, à savoir une sortie de la clandestinité sans équivoque était-il précisé, ce communiqué a été confirmé l’an dernier en 2016, de la manière la plus claire et effectivement nous considérons pour notre part que la page de la clandestinité est tournée. » Que dites-vous précisément à ce FLNC du 22 octobre ? « Il me semble comprendre que le FLNC du 22 octobre se situe dans le même fil, dans la même démarche que le FLNC union des combattants, nous rappelons que nous avons signé un accord au sein de « Per a Corsica » avec nos partenaires et au terme de cet accord nous considérons bien sûr que la page de la clandestinité est définitivement tournée. »