Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La paix au pays Basque : et maintenant les prisonniers !

samedi 9 décembre 2017 à 16:10 Par Jacques Pons et Oihana Larzabal, France Bleu Pays Basque et France Bleu

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi en milieu de journée à Paris. Un rassemblement à l'appel des "Artisans de la paix" et d'élus du Pays basque. Tous demandent la fin du régime d'exception pour les prisonniers basques.

La marche pour les prisonniers basques s'achève aux invalides
La marche pour les prisonniers basques s'achève aux invalides © Radio France - Oihana Larzabal

Pays Basque, Pyrénées-Atlantiques, France

Plus de 11 000 manifestants (6200 selon la préfecture de police) ont défilé samedi à Paris pour demander une suite au processus de paix au pays Basque. Une opération lancée par "les artisans de la paix" soutenu par un millier d'élus de tous bords et une centaine de personnalités.  Après la remise de l'arsenal d'ETA le 8 avril dernier (autour de Bayonne) toutes et tous demandent que la France et l'Espagne mettent fin au régime d'exception appliqué aux  prisonniers basques depuis le milieu des années 80.

Des élus de tous bords pour franchir une étape supplémentaire dans le processus de paix au pays Basque - Radio France
Des élus de tous bords pour franchir une étape supplémentaire dans le processus de paix au pays Basque © Radio France - Oihana Larzabal

La manifestation pour les prisonniers basques étaient précédée par les "joaldunak", des figures de la mythologie Basque.

Les manifestants (pour la plupart venus dans 2 TGV spécialement affrétés et 80 autobus) réclament le rapprochement des 310 prisonniers basques dont 63 personnes détenues en France pour des délits ou des crimes liés au terrorisme basque.  En clair, que ces détenus soient rapprochés dans une prison proche de leur pays d'origine, le pays basque français ou espagnol.  Les Artisans de la paix souhaitent qu'un régime de droit commun soit appliqué à ces détenus six ans après que l'ETA a renoncé aux attentats. 

Parmi les manifestants l'association Etxerat  - Radio France
Parmi les manifestants l'association Etxerat © Radio France - Oihana Larzabal

Toutes les couleurs politiques

Parmi les manifestants, des élus de tous bords politiques, comme le président (UDI) de la communauté d’agglomération pays Basque, Jean-René Etchegaray ou encore le sénateur (LR) Max Brisson, la sénatrice (PS) Frederique Espagnac, les députés (MODEM) Vincent Bru et Florence Lasserre-David, Michel Veunac maire de Biarritz. Dans le cortège, parti de la gare Montparnasse pour s'achever en musique aux invalides, Benoit Hamon, Emmanuelle Cosse, José Bové, l'ancien évêque Jacques Gaillot et Michel Tubiana, le président d'honneur de la ligue des droits de l’homme.

Benoit Hamon, parmi les manifestants - Radio France
Benoit Hamon, parmi les manifestants © Radio France - Oihana Larzabal

Le statut à part des prisonniers basques

Les détenus basques (dont 13 femmes) sont emprisonnés aujourd'hui dans vingt centre pénitentiaires prisons en France. Cet éloignement constitue pour les familles de prisonniers une double peine. A la pénibilité des trajets s'ajoute aussi les dangers de la route. Les familles de "preso" (prisonniers en basque) demandent donc les transferts de leurs proches dans les prisons de Lannemezan (Haute Pyrennées) ou Mont de Marsan (Landes).

11 000 manifestants malgré les obsèques de Johnny le même jour - Radio France
11 000 manifestants malgré les obsèques de Johnny le même jour © Radio France - Oihana Larzabal

Les Artisans de la paix épaulés par une quarantaines d'association demandent la levée du statut de détenus particulièrement signalés (DPS) et la possibilité d'aménagement de peines. Ils réclament la libération de ceux qui sont malades ou en fin de peine et "l'application du droit commun" pour les prisonniers basques. La manifestation de ce samedi concluait un tour des prisons de France commencé le 16 novembre dernier à Mont de Marsan. Un tour qui s'est achevé samedi matin à la prison de Fresnes (Val de Marne).

Le reportage d'Oihana Larzabal 

La fin du tour de France des prisons à Fleury Mérogis - Radio France
La fin du tour de France des prisons à Fleury Mérogis © Radio France - Oihana Larzabal
La fin de  la manifestation devant les Invalides - Radio France
La fin de la manifestation devant les Invalides © Radio France - Oihana Larzabal
Fermin Muguruza, Mouss et Hakim en concert à la fin de la manifestation - Radio France
Fermin Muguruza, Mouss et Hakim en concert à la fin de la manifestation © Radio France - Oihana Larzabal