Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La permanence d'une députée LREM de Haute-Garonne à nouveau prise pour cible

-
Par , France Bleu Occitanie

Après avoir été emmurés par les agriculteurs jeudi dernier, les locaux de la députée LREM Corinne Vignon à Toulouse ont été tagués d'insultes dans la nuit de dimanche à lundi. La parlementaire va porter plainte.

Après les agriculteurs jeudi soir, la permanence de Corinne Vignon a été ciblée à nouveau ce matin ce lundi matin.
Après les agriculteurs jeudi soir, la permanence de Corinne Vignon a été ciblée à nouveau ce matin ce lundi matin. - François Tourne

Toulouse, France

Corinne Vignon est l'un des huit députés La République en Marche de la Haute-Garonne, et l'une des sept qui a voté pour le Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada. C'est ce qui lui a valu d'être la cible, avec Monique Iborra, de la FDSEA 31 jeudi dernier. Les agriculteurs ont monté des parpaings devant sa permanence du quartier la Terrasse à Toulouse tandis qu'ils déposaient des tonnes de fumier devant le bureau de sa collègue à Tournefeuille.

Cette fois, des signatures anarchistes et gilets jaunes

Ce lundi matin, la députée de l'est toulousain a eu une nouvelle mauvaise surprise : sa permanence a été taguée de diverses insultes et commentaires : "NTM" "Fuck System", "LREMerde", "ne représente pas le peuple" et des signatures "ACAB" (anarchistes) et "GJ" (gilets jaunes). Corinne Vignon va porter plainte. Vendredi dernier, elle expliquait sur France Bleu Occitanie que la FDSEA avait souhaité rencontrer les parlementaires après avoir voté la loi, "c'est un peu facile de dire qu'on ne va pas les voir", avait-elle rajouté. Le référent LREM en Haute-Garonne Pierre Castéras commente "ils essaient de feuilletonner ces agressions, mais nous ne tomberons pas dans le panneau. Ni Corinne Vignon ni les autres élus LREM ne lâcheront".