Élections

La présidentielle vue de Dordogne : chez Moulin Neuf Textiles on veut préserver l'emploi

Par Faouzi Tritah, France Bleu Périgord jeudi 20 avril 2017 à 6:00

Beaucoup de postes de travail sont vides
Beaucoup de postes de travail sont vides © Radio France - Faouzi Tritah

France Bleu Périgord part à la rencontre des électeurs avant le premier tour de l'élection présidentielle le 23 avril 2017. Huitième étape, le monde de l'entreprise. Direction Moulin-Neuf à la frontière de la Charente où on veut préserver l'activité malgré un sentiment que les candidats sont absents

France Bleu Périgord donne la parole aux électeurs avant le premier tour de l'élection présidentielle le 23 avril 2017. Huitième étape, le monde de l'entreprise. A Moulin-Neuf à la frontière de la Charente.

Dans cette petite commune il existe Moulin Neuf Textiles et comme son nom l'indique, elle fabrique des vêtements en maille de type sous vêtements et t-shirts.

Moulin Neuf Textiles emploie 12 salariés - Radio France
Moulin Neuf Textiles emploie 12 salariés © Radio France - Faouzi Tritah

Dans cette entreprise de 12 salariés, on ne compte pas beaucoup sur l'élection présidentielle pour relancer l'activité.

200 salariés il y a 30 ans, 12 aujourd'hui

Les machines à coudre sont alignées, la plupart des postes de travail sont vides. Véronique est la plus ancienne ouvrière de l’atelier. Depuis 30 ans, elle a vu s’envoler des ouvrières en même temps que les promesses des candidats a l’élection présidentielle.

Aujourd’hui elle n’a qu’un seul souhait : "On ne veut pas un salaire haut, on veut juste que l'activité dure le plus longtemps possible, à chaque élection on nous dit que ça va changer mais on n'a jamais rien vu."

On veut juste que l’activité dure le plus longtemps possible - Véronique salariée depuis 30 ans

L'activité est en dents de scie dans les ateliers  - Radio France
L'activité est en dents de scie dans les ateliers © Radio France - Faouzi Tritah

En face d’elle, Julie 24 ans est la plus jeune, elle travaille depuis trois ans : "Je préfère faire ça, au moins j'aime je ne suis pas derrière une caisse !" .

Mais au moment d’aborder l’élection présidentielle le visage de Julie se tend : "On travaille pour 1100 euros ça nous sert à peine payer nos factures alors que certains touchent les aides et ne font rien de la journée, ça ça m’énerve."

Une usine de textile qui se bat dans la mondialisation

Dans le bureau de la direction le patron et Fanny la modéliste travaillent juste à côté. Ils discutent souvent du manque d’intérêt des candidats à la présidentielle pour des entreprises comme la leur.

Moulin Neuf Textiles possède une boutique dans son usine - Radio France
Moulin Neuf Textiles possède une boutique dans son usine © Radio France - Faouzi Tritah

Fanny aimerait plus de souplesse :"Parfois on a des regains d'activité, on veut embaucher, mais c'est cher et compliqué, j'ai compris qu'on était pas aidé par les politiques. Ils ne s’intéressent qu'aux grosses entreprises."

Embaucher c'est cher et compliqué - Fanny la modéliste

Fanny la modéliste partage le bureau avec son patron  - Radio France
Fanny la modéliste partage le bureau avec son patron © Radio France - Faouzi Tritah

Franck Sordat le directeur dresse toujours le même constat avant l'élection présidentielle :"On fait face à un dumping social à l’intérieur de l’Europe et en Asie. Cette situation arrange beaucoup de monde, ça fait 60 ans que ça dure j'ai perdu espoir."

Frank Sordat dénonce le dumping social et l'inaction des candidats sur ce sujet  - Radio France
Frank Sordat dénonce le dumping social et l'inaction des candidats sur ce sujet © Radio France - Faouzi Tritah

Le salaire d'une ouvrière Cambodgienne c'est 70 euros par mois - Franck Sordat le directeur

Le patron de Moulin Neuf Textiles va tout de même voter pour le candidat qui défendra le plus le Made in France.