Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La présidentielle vue par des adolescents du quartier de l'Arsot à Offemont

jeudi 30 mars 2017 à 21:05 Par Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard

Pour son quatrième vendredi de campagne, France Bleu Belfort Montbéliard donne la parole aux adolescents du quartier de l'Arsot à Offemont. Ces jeunes d'un quartier dit "sensible" aimeraient qu'on parle un peu plus d'eux. Ils évoquent aussi leur peur du Front National.

les ados se retrouvent chaque semaine autour de la citoyenneté
les ados se retrouvent chaque semaine autour de la citoyenneté © Radio France - Emilie Pou

Offemont, France

Ils ont entre 12 et 18 ans et chaque semaine ils se réunissent dans une des salles de la Clé d'Offemont, le centre socio culturel situé dans le quartier de l'Arsot, pour participer aux ateliers citoyenneté et débattre entre eux. Ils ont accepté, après diffusion de vidéos pédagogiques sur la campagne présidentielle, d'évoquer la campagne actuelle. Une campagne "bizarre" et "pas très sérieuse" selon leurs mots.

"Valls? Tout le monde s'en fout, non?"

Selon Adel, 17 ans: "Ça fait pas très sérieux tout ça. Valls qui trahit Hamon, franchement on s'en fout non de Valls? Après, qu'un ancien premier ministre revienne sur sa parole comme ça, ça donne une mauvaise image surtout aux jeunes. J"aimerais qu'ils parlent un peu du fond., des vrais sujets et notamment d'économie, sur le long terme".

Ils partagent tous le même rejet du Front National

Rania, 16 ans, aimerait elle aussi qu'on parle un peu plus d'eux, même si: "La politique je m'en fous. Ils arrivent pas à m'intéresser en fait". Mohamed voudrait lui qu'on se préoccupe des quartiers sensibles dans cette campagne: "on en parle pas c'est dommage". Il a surtout peur, comme tous ses camarades autour de la table, du programme de Marine Le Pen: " Refuser l'école aux enfants réfugiés c'est pas bien, c'est raciste et sur l'économie sortir de l'Europe ce n'est pas une bonne idée". S'il était président, Mohamed, donnerait de l'argent aux plus pauvres, "surtout aux enfants et puis de la nourriture et des loisirs, pour être comme un enfant normal quoi".