Politique

La région Bourgogne-Franche-Comté à l’heure de ses orientations budgétaires

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne vendredi 16 décembre 2016 à 18:17

Les conseillers régionaux en assemblée plénière à Dijon
Les conseillers régionaux en assemblée plénière à Dijon © Radio France - Jacky Page

Le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté était réuni ce vendredi en séance plénière à Dijon pour débattre notamment de ses orientations budgétaires. Droite et gauche ont affiché leurs divergences.

Les conseillers régionaux se sont penchés sur le schéma de développement économique, d'innovation et d'internationalisation 2017-2020. Ils ont aussi pris connaissance des orientations budgétaires définies par l’exécutif régional. Elles doivent tenir compte des nouvelles compétences que les lois MAPTAM et NOTRe attribuent aux régions. Comme les transports scolaires, jusqu’ici orchestrés par les départements.

L'opposition de droite a voté contre. Elle a par exemple accusé la présidente de région Marie-Guite Dufay, de faire peser sur les Franc-Comtois une hausse du prix des cartes grises, qui passera à 51 euros par cheval fiscal, afin de compenser la baisse des dotations de l'Etat. Autre point de discorde, les dépenses de fonctionnement en hausse. Elles seraient supérieures de 9% à la moyenne des régions.

Une situation que fustige Sophie Montel, chef de file des élus FN : « L’exécutif socialiste ne cherche pas d’équilibre. D’un côté on augmente sans cesse les dépenses de fonctionnement, on ne cherche pas à faire d’économie, de l’autre côté, on nous annonce des dépenses extraordinaires en termes d’investissements, qui seront financées par un surendettement, le recours à l’emprunt. » Michel Neugnot, vice-président chargé des finances, écarte cette affirmation, en soulignant que la Bourgogne-Franche-Comté est la région qui a le taux d’endettement le plus faible par rapport à ses recettes.

Marie-Guite Dufay défend ses projets. Pour elle, il faut cesser d'opposer systématiquement les budgets d'investissement et de fonctionnement : « Quand on fait des dépenses de fonctionnement sur les formations des demandeurs d’emploi, sur les trains, on investit aussi pour le territoire.

La plupart de nos dépenses de fonctionnement sont liées aux services que nous rendons aux habitants".

─ Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional

L'emploi, premier défi

Marie-Guite Dufay a présenté sa stratégie de mandat pour la période 2016-2021. Avec pour premier défi, celui de l’emploi. Elle met l’accent sur la formation, et l’orientation. Selon elle, le problème des entreprises, plus que le carnet de commandes, c’est qu’elles ne trouvent pas les compétences dont elles ont besoin, parce qu’il y a un énorme problème d’orientation.

François Sauvadet, président du groupe de l'Union des républicains, de la droite et du centre, juge pour sa part que derrière les bonnes intentions affichées, ce programme sonne creux : « Je m’attendais à ce qu’on lance un grand plan de soutien à l’apprentissage. Il est où, ce grand plan ? Tout cela manque de souffle. »

La présidente défend aussi la nouvelle identité visuelle controversée de la grande région, le "logo" qui a fait couler beaucoup d'encre. Les archives et les sociétés savantes de Bourgogne-Franche-Comté sont sollicitées pour engager une réflexion sur ce qui pourrait devenir un blason pour la nouvelle région.